Skip to content

Une finale !

Nous y voilà ! Le moment tant attendu se présente enfin pour le SLUC NANCY BASKET. Placé idéalement à la première place du championnat, il lui suffira d’une victoire face à l’Elan Chalonnais pour remporter le titre de Champion de France ProB et surtout réintégrer l’Elite du basket français… cinq ans après l’avoir quitté. Le challenge est passionnant mais attention car en face c’est un grand nom du basket français, à l’effectif XXL !

Samedi dernier, nous avons pu suivre en deux temps la bataille que se livrent à distance Couramiauds et Nancéiens. Faciles vainqueurs dans l’après-midi, de Vichyssois bien trop tendres, Saint-Chamond avait remis la pression sur des Nancéiens que l’on savait particulièrement attendu dans la salle du Jeu de Paume de Blois. Les locaux qui ne visaient rien de moins que la 3e place avaient en outre plusieurs revanches à prendre sur le SLUC Nancy.

Les premières minutes allaient tout de suite montrer aux joueurs nancéiens qu’il faudrait être fort pour résister. Mené 0-7, Sylvain Lautié devait prendre rapidement un temps mort pour recadrer son équipe. Dès lors, les lorrains emmenés par le MVP de la division, Stéphane Gombauld auteur de 12 points au cours des 10 premières minutes, prenaient l’ascendant 25-19. Sur un excellent passage de Lucas Ugolin (11 points), Nancy prenait le large 43-31, avant de voir revenir Blois qui trouvait des solutions grâce notamment à Mbaye N’Diaye. Dans un match qui opposait pourtant les deux meilleures défenses, l’attaque avait pris nettement le pas et nantis de 4 petits points à la pause (49-45), les Couguars pouvaient s’attendre à une grosse réaction des copains de Thomas Cornely jusque là bien contenu.

En effet, Blois reprenait furtivement l’avantage 53-54 juste avant que les Nancéiens accélèrent pour s’échapper quelque peu. Le dernier quart-temps, voyait Blois recoller une dernière fois à 70 partout juste avant un panier bonifié de… Denys Loukashov qui venait de rentrer. Un coup de coaching de Sylvain Lautié qui allait porter ses fruits puisque l’Ukrainien terminait le quart-temps qui voyait le SLUC Nancy s’envoler vers la victoire porté par Caleb Walker, une fois de plus très à son avantage (16 points, 5 rebonds et 4 passes).

Globalement, les Nancéiens ont fait preuve de maîtrise, notamment en fin de match, pour garder la main sur leur destin.

Chalon dans le doute mais n’en reste pas moins dangereux !

C’est le moins que l’on puisse dire, puisque Chalon, le grand favori au début de saison, était encore deuxième du classement le 26 mars dernier avant d’enchainer une série de contre-performances étonnante vu la richesse et la qualité de l’effectif. Sur les neuf dernières rencontres, Chalon a concédé 8 défaites (dont 4 à domicile). Les défaites s’accumulent mais hormis à Antibes (-17), les écarts restent assez faibles (5 défaites de 6 points ou moins). Le problème majeur de Chalon se situant avant tout en défense avec près de 90 points encaissés au cours des neufs derniers matchs, car l’attaque est au point (4e avec 82,3 points avec une grosse adresse générale et une bonne présence au rebond offensif).

L’équipe reprise en main par le coach adjoint Maxime Pacquaut tente de retrouver de la confiance et peine et peut s’en remettre au talent des joueurs. Ainsi Antoine Eito solide dans ses prestations (11,7 points, 6 passes et 14,6 d’évaluation) reste un joueur « clutch » et capable de coups de folie, qu’il faudra surveiller en permanence notamment au-delà de la ligne à 3 points. Mickaël Gelabale apporte toujours sa très grande expérience alors que le dernier arrivé, l’intérieur letton Rolands Freimanis s’est déjà imposé après 10 rencontres (13,6 points avec près de 6 tirs à 3 points par match et 4,2 rebonds). Quant au meneur Desi Washington, il conserve des statistiques intéressantes (14 points et 4,2 passes). 

Avec le 1er budget de la ligue, l’Elan Chalon a donc un effectif riche en individualité quand on ajoute encore Jonathan Augustin-Fairell (rugueux et adroit dans la raquette), Damien Bouquet, Kevin Harley, Babacar Niasse, Mathis Dosso-Youvo ou Tomislav Gabric sans oublier l’ancien nancéien Jordan Aboudou…

C’est donc une équipe sans aucune pression que le SLUC Nancy va devoir affronter et il faudra particulièrement se méfier de cette bête blessée qui voudra sans doute prouver qu’elle aura un rôle à jouer dans les playoffs et accèder à la Betclic Elite !

Finir le travail !

Grâce à douze victoires consécutives, le SLUC Nancy Basket s’est donné le droit de pouvoir remporter le titre de Champion de ProB et surtout d’accéder directement à la Betclic Elite. A la lutte avec Saint-Chamond, cet objectif de début de saison est donc en passe d’être concrétisé.

Pour cela, il reste à gagner ce dernier match, à Gentilly, dans une salle pleine comme un œuf où les supporters nancéiens attendent un dénouement heureux après cinq longues années de purgatoire.

Pourtant, Sylvain Lautié et ses joueurs auront fait de cette semaine, une semaine de préparation comme les autres. Malgré l’enjeu, malgré l’excitation ambiante, il est nécessaire que les joueurs restent dans leur bulle. La forme actuelle des joueurs, la qualité du collectif une fois de plus remarquable à Blois, l’investissement et la solidarité de tous sont des gages de solidité qui permettent aux Couguars d’aborder sereinement les évènements. 

Il sera primordial de rester bien concentré, dès le début de la rencontre pour ne pas mettre Chalon sur de bons rails et à ce titre la triste expérience de la finale de Leader’s Cup face à Evreux, sera peut-être bénéfique. La défense nancéienne devra retrouver toute son agressivité face aux fortes individualités des bourguignons. Défendre la raquette, limiter les rebonds, les seconde chances, puis faire vivre le ballon, imposer notre collectif, jouer notre jeu. Dans tous les cas, il faudra garder ses nerfs, ne pas paniquer, ne pas s’enflammer… et puis surtout profiter de ces moments, prendre du plaisir. Christophe Lion rappelait récemment que rares sont les possibilités de gagner un titre : alors il ne faut pas gâcher !

Ce dernier match de la saison régulière sent la poudre, c’est peut-être l’ultime finale de la saison ! Une rencontre stressante, âpre et difficile où les dangers seront partout. Le club cher à Aurélien Fortier n’a jamais été aussi près de réaliser ses objectifs, mais il devra être très fort pour finir la saison en apothéose.

 

GO SLUC

MC