Skip to content

ROUEN : DESTINATION PÉRILLEUSE !

Le SLUC Nancy (3e, 11 victoires, 5 défaites) effectue un déplacement plus que risqué en Normandie, ce vendredi à 20h30, pour y affronter le Rouen Métropole Basket (RMB), actuel cinquième au classement (10 victoires, 7 défaites).

Samedi dernier, il a fallu attendre le dernier quart-temps et le réveil de Ron LEWIS pour vaincre une équipe de Vichy-Clermont accrocheuse, physique et sûre de son jeu pendant 32 minutes. La débauche d’énergie et la défense impitoyable des Nancéiens ont finit par étouffer les visiteurs, qui ont donc craqué physiquement sur la fin (25-10 en dix minutes). Le public pouvait enfin respirer, et les joueurs laissaient éclater leur joie.

Cela devient une (bonne) habitude, mais le staff lorrain préfèrerait sûrement des matchs moins stressants et moins énergivores ! D’autant plus que les hommes du Président Aurélien Fortier savent très bien que le déplacement à la Kindarena est synonyme de grand danger.

L’équipe dirigée par Alexandre Ménard (ancien coach assistant au Mans Sarthe Basket) est réputée pour sa dureté et sa capacité à enflammer les matchs. C’est aussi une équipe plutôt adroite (46,9%, contre 42,3% pour Nancy).

Une équipe solide à domicile

Friable à l’extérieur (1 victoire pour 7 défaites cette saison), le RMB est invaincu en championnat à domicile depuis 19 matchs ! Seul Vichy-Clermont est parvenu à l’emporter à la Kinderarena. C’était en Leaders Cup (77-85), le 22 octobre dernier.

Mohamed Koné (20 points), Marcos Suka-Umu et David Denave (15 points) avaient joué un bien vilain tour aux Normands ce jour-là !

Ancien pensionnaire de Jeep Élite (2015-2016), Rouen Métropole Basket a perdu quelques joueurs majeurs, mais plusieurs éléments sont restés.

Notamment les excellents soldats qui avaient conduit le club en finale de la Leaders Cup, puis en finale des playoffs d’accession la saison passée : Carl PONSAR, Benoit INJAI, Emmanuel MONCEAU et Earvine BASSOUMBA.

Le meneur expérimenté Jamar DIGGS a également été tardivement reconduit. Il est le leader, il assume ses responsabilités en attaque, et fait des efforts en défense. Tel un chef d’orchestre, il place ses partenaires, les dirige, les aide, il bonifie l’équipe. Il est ainsi devenu le relai du coach sur le terrain. Capable de gros matchs, il assure 11,2 points, 3,8 rebonds et 4,3 passes pour un très correct 13,4 d’évaluation en 30 minutes de jeu.

Zimmy NWOGBO (11,9 points, 4,7 rebonds et 2,1 passes en 26 minutes de jeu) était lui aussi un des éléments les plus solides de la saison passée.  L’intérieur nigérian dégage une vraie puissance. Très athlétique, énergique et appliqué en défense, il est efficace au shoot (50% de réussite). Travailleur et volontaire, ses qualités sont appréciées, d’autant qu’il possède une belle marge de progression.

Alexandre Ménard a complété son « cinq majeur » avec Jérôme CAZENOBE, l’ancien pivot de Denain, qui a déjà causé bien du souci aux Nancéiens les saisons précédentes. À Rouen, ce poste 5 talentueux de 30 ans et 2,05 mètres est venu apporter son « capital points » et sa capacité à passer les ballons.

Attention au « serial shooteur » !

Enfin, le club est en passe de réussir un sacré pari avec l’arrière André SPIGHT. Né aux Etats-Unis, il a également la nationalité arménienne par sa mère. Formé à l’Université d’Arizona State puis à Northern Colorado, ce non drafté en 2018 décide de jouer en Europe. « La saison passée, il est passé par quatre clubs. On savait que nous étions sur un pétard ambulant », dit de lui son coach au Paris-Normandie.

Au cours des 14 premiers matchs, il débute souvent sur le banc, mais il a toujours marqué plus de 10 points, avec des pointes à 26 (Lille et Nantes). Pourtant, il a été convoqué par les dirigeants pour lui signifier qu’il fallait plus d’investissement en défense et dans le jeu collectif.

André SPIGHT a semble-t-il bien écouté son coach, puisque depuis il a aligné 30 points face à Antibes puis 33 face à Blois, et enfin 23 points le week-end dernier à Évreux, en augmentant sérieusement son volume de shoots (entre 17 et 18 tirs par match !). Il a ainsi délogé Ron LEWIS du podium des meilleurs marqueurs de Pro B avec 18,5 points (contre 17,9 pour Ron).

Attention donc à ce shooteur monomaniaque, adepte du tir longue distance (7 par match à 38,5% de réussite) qui peut réellement faire très mal ! Encore du boulot en perspective pour Mérédis HOUMOUNOU et les arrières lorrains…

Si le SLUC Nancy mène largement (18-6) dans les confrontations entre les deux équipes, n’oublions pas que la saison passée, le bilan était partagé (2-2). Ne nous y trompons pas, ce ne sera absolument pas une partie de plaisir pour les coéquipiers d’un Enzo GOUDOU-SINHA qui croque à pleines dents dans ses nouvelles responsabilités depuis la reprise.

La clé du match : contrôler le maître à jouer Jamar DIGGS, et surveiller de près le « sérial killer » André SPIGHT. Il faudra donc répondre présent dès la première minute et jusqu’à la fin, et maîtriser le tempo du match pour empêcher le RMB de s’enflammer.

Avec Williams NARACE et Jordan ABOUDOU, les Lorrains sont capables de résister à l’impact physique de l’équipe normande ; la défense sera encore une fois leur atout numéro un.

MC