Skip to content

À PARIS POUR SE REFAIRE UNE SANTÉ ?

Après la défaite concédée contre Souffeweyersheim, le SLUC Nancy (10e, 5v-5d) se déplace à la Halle Georges Carpentier pour affronter une équipe de Paris qui doute. En effet, le club parisien se débat en fin de classement. Positionné au quinzième rang avec seulement trois victoires, le club ne justifie pas les espoirs placés en lui. Avec un budget de 3,2 millions et la première masse salariale de Pro B (1,1 million d’euros), le club parisien fait pourtant partie des favoris à l’accession en Jeep Élite.

L’Ambition de Paris :

Créé le 12 juillet 2018 par l’Américain David Kahn (ancien manager des Timberwolves du Minnesota en NBA), le Paris Basketball a repris les droits sportifs du Hyères-Toulon Var Basket, alors rétrogradé en nationale 3 à l’époque. L’ambition affichée du club ? Faire de Paris un des grands clubs de France et d’Europe. Projet à long terme visant néanmoins l’accession en Jeep Élite dans les trois ans, puis à jouer l’Euroligue dans la foulée. S’appuyant sur des jeunes prometteurs et des anciens référencés, le club propose en outre que les matchs à domicile soient de véritables shows ; les dirigeants souhaitant faire des « Special Nights », une culture NBA à des prix Pro B !

Le coach parisien Jean-Christophe Prat assure quant à lui que « L’objectif est d’abord de finir dans les sept premiers pour se qualifier. Après, on verra… »

Ce coach à la réputation de faire confiance aux jeunes, et il est fier d’annoncer que « six joueurs sur douze auront entre 16 et 22 ans. Continuer avec ces jeunes joueurs, c’est l’image que l’on veut donner »

L’effectif :

Le club a souhaité entourer ces jeunes par des joueurs d’expérience, et a réussi à signer deux parisiens d’origine de renom :

Amara SY : 38 ans, ailier-fort de 2,02 mètres, une icône de la Jeep Élite (ASVEL, Le Mans, AEK Athènes, Murcie, Orléans et Monaco) ; une expérience et un talent énormes. Plus qu’un joueur, il est un relai et un exemple pour les jeunes du club. Depuis le début de saison, il cumule 22 minutes de jeu pour 7,9 points (58,6%) et 9,9 d’évaluation.

Nobel BOUNGOU COLO, 31 ans, ailier de 2,02 mètres. La star de l’équipe a été recrutée pour apporter toute son expérience acquise à Limoges puis Khimki Moscou et Badalona. Un joueur spectaculaire et à fort tempérament qui a parfois perturbé sa carrière. À Paris, il assure 33 minutes de jeu pour 15,6 points (58,6%), 3,7 rebonds et 3 passes pour 14,3 d’évaluation.

Notons également la présence du pivot Gary FLORIMONT (32 ans et 2,00 mètres). L’ancien joueur du SLUC Nancy (2016-2018), mais aussi de Chalons-Reims, Rouen, Évreux, Nantes, Charleville ou encore Poitiers, connait très bien la Pro B. Cette saison, il est régulier : 29 minutes de jeu, 12 points à 56,1% de réussite, et 5,3 rebonds pour 12,8 d’évaluation.

Un autre joueur d’expérience est venu rejoindre récemment le club parisien. Il s’agit de Ben UZOH. Cet arrière de 31 ans et de 1,91 mètres, international nigérian né au Texas, a un beau CV et un passé NBA. Aperçu à Toronto, Cleveland et Brooklyn (2010-2012), il a également beaucoup joué en G-League (ligue de développement affiliée à la NBA). Cependant, depuis son arrivée, il se cherche : 4 matchs, 15 minutes et 7,5 d’évaluation.

Le reste de l’effectif est donc jeune, à commencer par le talentueux meneur Sylvain FRANCISCO. À 22 ans, il a déjà fait parler de lui en claquant la porte du Paris-Levallois en Jeep Élite, car mécontent d’être mis en concurrence. Cet international U20 est réputé pour sa vivacité, et assure cette saison 11,6 points et 4,3 passes.

Denis GAUTIER, un ailier de 22 ans, 1,98 mètres et formé au Havre, commence à faire son trou dans la capitale : 27 minutes de jeu et 10,7 points (52%) pour 10 d’éval. Attention : il assure à 3 points avec un taux de 44,7% !

Dustin SLEVA, 24 ans et 2,03 mètres. Cet ailier-fort américain, très rentable la saison passée, a été gravement blessé en septembre et revient seulement dans la rotation. Attention à ce joueur discret et très efficace : 10,3 points et 4,3 rebonds la saison passée.

Enfin, Valentin CHERY (22 ans et 2,02 mètres), qui est bien connu en Lorraine car formé à Nancy. Il a été champion espoir avec Enzo, Bastien et Williams, et a ensuite rejoint le Paris Basketball contre toute attente. Poste 4 physique et tonique, comparé souvent à Jim Bilba, il cumule cette saison 5,7 points à 54,7%, et 3,2 rebonds en 19 minutes de jeu.

D’autres jeunes complètent régulièrement l’équipe comme Milan BARBITCH (18 ans), Juhann BEGARIN (17 ans) et Ismaël KAMAGATE (18 ans), chacun assurant de bonnes rotations.

Paris se cherche encore

Si le Paris Basketball a remporté ses deux derniers matchs à Coubertin contre Saint-Quentin (97-81) et Gries-Oberhoffen (92-83), il a été sévèrement corrigé la semaine dernière à Nantes.

En effet, les Nantais ont dominé dans les grandes largeurs des Parisiens qui ont donc été littéralement balayés sur le score de 56 à 79 ! La faute notamment au manque total d’adresse de Nobel Boungou Colo et Sylvain Francisco, qui ont affiché un piètre 3/20 aux shoots à eux deux.

Seul Valentin Chery avait réussi à tirer son épingle du jeu en compilant 10 points, 4 rebonds et 11 d’évaluation en 18 minutes de jeu.

Coach JC Prat a cependant voulu dédramatiser, expliquant la défaite par les seuls manques d’adresse (2/24 à 3 points) et d’intensité en défense. Il assure ne pas être inquiet car « Paris va progresser et grandir tout doucement. À Nantes, les cadres n’ont pas été au niveau, et c’est devenu plus difficile pour les jeunes joueurs qui ont ressenti plus de pression ».

Il faut savoir que si Paris est l’une des équipes les plus adroites de Pro B (3e, 47,2%), c’est aussi l’équipe qui provoque le plus de fautes (1e, 23,3), et l’une de celles qui tirent le plus de lancers-francs (2e, 22,6)… derrière le SLUC (1e, 23,1). Le classement actuel ne reflète donc sûrement pas son véritable niveau.

Il y a fort à parier que les joueurs parisiens vont vouloir se faire pardonner, et ainsi profiter du match de vendredi à domicile face au SLUC Nancy pour se racheter.

D’autant que la saison passée, pour le premier match officiel des Parisiens en Pro B à la Halle George Carpentier, Nancy l’avait difficilement remporté (87-93 après prolongation et 28 points d’Anthony Goods) à l’issue d’un match très enlevé !

Une fois de plus, le SLUC Nancy devra être sur ses gardes en défense, contrôler le tempo et afficher de la constance pour espérer revenir en Lorraine avec un succès.