Skip to content

ST Chamond ? Une revanche à prendre !

Le SLUC Nancy rencontre, samedi 11 janvier à 20h00 au Palais des Sports Jean Weille, le club de Saint-Chamond Basket Vallée du Gier, dans un match au sommet.

L’année 2019 s’est plutôt bien terminée pour le SLUC Nancy, qui reste sur une série de 3 victoires consécutives, se positionnant ainsi à la quatrième place du classement à l’issue de la treizième journée.

Tout n’a pas été simple, mais le club lorrain a su se montrer performant à l’extérieur (5 victoires pour 2 défaites). En témoignent les deux dernières victoires précieuses, à Paris tout d’abord (95-93 après prolongation) puis à Fos sur Mer (69-68) grâce à un ultime panier de Ron Lewis à 11 secondes du terme, et à une interception salvatrice de Mérédis Houmounou sur Solo Diabaté en toute fin de match.

Entretemps, Nancy avait également renoué avec la victoire à domicile, réalisant notamment une magnifique deuxième mi-temps face à Denain, lui permettant de renverser le club nordiste, 88 à 75.

L’objectif légitime est donc tout naturellement de bien démarrer l’année 2020, d’enchaîner les victoires, et de faire de Gentilly un bastion imprenable !

Saint-Chamond : un mauvais souvenir

Le club de la Vallée du Gier ne l’entend évidemment pas de cette oreille, et compte bien rééditer sa dernière performance réalisée le 4 juin dernier sur le parquet nancéien.

Ce jour là, pour le troisième match des quarts de finale des Playoffs, les Couramiauds, menés de 20 points à 9 minutes de la fin, finissaient par l’emporter 84 à 83, éliminant ainsi le SLUC Nancy sur un tir au buzzer de Makram Ben Romdhane…

La belle saison de Saint-Chamond a attiré à la fois les projecteurs et les convoitises, selon Alain Thinet, le coach des Couramiauds : « notre parcours a été intéressant donc on a parlé de nous. On n’a pas pu garder tout le monde, mais on a pu garder six joueurs de l’année dernière donc c’est une base intéressante ». 1

Attention à Grismay Paumier

Le club de l’agglomération de Saint-Etienne a surtout réussi à conserver le pivot cubain Grismay Paumier (31 ans, 2,05 mètres), qui ne cesse de progresser depuis son arrivée en France en 2011. Cette saison, il semble plus fort que jamais. « Grismay s’est métamorphosé pendant la préparation, il est en train de passer un cap », a confié son entraîneur Alain Thinet. « Je lui ai dit que, s’il continuait comme ça, il allait finir MVP de la saison ». 2 Depuis le début de saison, il confirme avec 12,4 points et 6,8 rebonds, signant ainsi la meilleure évaluation de l’équipe avec 17,1.

Est également resté au club, le meneur de jeu Mathieu Guichard, 31 ans et 1,87 mètres. Ce natif de Clermont joue au SCBVG depuis 2015, progressant chaque année. Il réalise une excellente saison avec 31 minutes de jeu, 11 points et 3 rebonds pour 14,7 d’évaluation moyenne. Il est surtout l’actuel meilleur passeur de la division avec 6,1 caviars.

L’arrière et capitaine Jonathan Hoyaux, gravement blessé au pied fin novembre face à Saint-Quentin, pourrait quant à lui reprendre la compétition. Il assurait jusqu’à sa blessure 11 points de moyenne, en étant souvent performant à longue distance (5 shoots par matchs à 35% de réussite). Durant son absence, le vétéran Max Kouguere avait bien eu du mal à le faire oublier.

Pour compléter son cinq de départ, le SCBVG a fait venir Jure Skific, un ailier-fort croate de 30 ans et 2,03 mètres. Ce joueur expérimenté a réalisé de belles statistiques en Slovénie, en Pologne et à Chypre, notamment en FIBA Cup (13 points et 5 rebonds la saison passée). S’il a semblé en souffrance au cours des deux dernières défaites du club, il a montré de très belles dispositions auparavant.

Enfin, Paul Carter est venu poser ses valises dans la Loire, en remplacement du rookie Jordan Green. L’ailier fort de 32 ans et 2,05 mètres a d‘ailleurs déjà évolué en Jeep Élite (Toulon, Antibes et Reims). Véritable régulateur, son sang-froid et sa combativité ont apporté une sérénité qui faisait défaut aux Couramiauds. Ses stats parlent pour lui : 12,3 points, 6 rebonds et 2,5 passes. Il est le shooteur attitré de l’équipe (11 tirs par match, mais à seulement 38% de réussite). S’il peut prendre feu comme face à Aix (25 points à 10/16) ou à Saint-Quentin (23 points à 7/12), il peu également se trouer comme face à Antibes (3 points), ou encore Nantes et Rouen (4 points).

Mattéo Legat, Jean-Stéphane Rinna (35 ans et 12e saison au SCBVG), ainsi que Théo Bouteille en provenance du Paris Basket (« Un joueur techniquement très abouti, adroit et à l’aise ballon en main ») 3 complètent l’équipe en sortie de banc.

Un temps inarrêtable  (7 victoires consécutives), le club de la Loire connait un minuscule petit coup de mou, terminant l’année 2019 sur deux défaites ; à Rouen (62-80) puis à domicile face à Aix-Maurienne (76-84).

Au club depuis 2010, Alain Thinet, le coach de 65 ans, reste donc réaliste : « on a encore un petit budget, on a encore une petite équipe. Donc il faut surtout déjà assurer le maintien pour permettre au club de continuer à grandir ; en plus, nous, on n’aura pas encore de centre de formation agréé donc on ne pourra pas monter quoi qu’il arrive. L’objectif après, une fois qu’on a assuré le maintien, c’est d’essayer d’accrocher les Playoffs comme on a fait l’année dernière. Mais on peut difficilement voir au-dessus« . 4

Le SLUC Nancy est donc prévenu, Saint-Chamond ne vient pas en Lorraine pour faire de la figuration. À égalité avec le club lorrain (8 victoires, 5 défaites), le SCBVG espère bien jouer, à nouveau, un mauvais tour aux locaux.

Les Nancéiens devront surtout surveiller Grismay Paumier, qui a déjà fait mal au SLUC par le passé. Mais aussi contrôler la balle, limiter l’influence du maître à jouer Mathieu Guichard, et pratiquer une grosse défense pour pouvoir développer son jeu d’attaque et alimenter Ron Lewis et Yunio Barrueta.

GoSLUC

MC

 

Sources déclarations

1 France Bleue Loire
2 La Nouvelle République
3 5by5.fr
4 France Bleue Loire