Skip to content

SLUC – ELAN : les retrouvailles

Avec trois victoires, le SLUC NANCY est en pole position dans sa poule de Leader’s Cup à deux doigts de se qualifier pour les quarts de finale. Il reste à affronter l’Elan Chalon dans un match que l’on pourrait qualifier de « petite finale ».

Vainqueur à l’aller dans l’antre Chalonnais (85-82) les Nancéiens ont l’occasion de s’adjuger la première place qualificative pour la suite de cette compétition qui peut mener jusqu’à la fête à DisneyLand Paris en février prochain. Mais ne nous méprenons pas, ce sera une sacrée empoignade, tant l’Elan Chalon, mortifié par deux défaites à Vichy (80-82 en Coupe de France) et à domicile face à Nancy, n’à qu’une envie : Prouver que l’Elan est le grandissime favori pour remonter directement au sein de l’élite du basket Français.

Chalon est le plus gros budget de Pro B

Avec ses 5 millions de budget et une masse salariale de 1,4 million, l’Elan Chalon écrase la Pro B et affiche ses ambitions. En conservant Mickael Gelabale (38 ans) et l’intérieur international letton Martin Meyers (30 ans, 2m07) et en s’adjugeant quelques joueurs de l’élite tels Antoine Eito (30 ans, ex Orléans et Le Mans), Kevin Harley (27 ans (ex Poitiers en ProB puis Boulazac) et Damien Bouquet (27 ans, ex Nanterre), le club montre ses ambitions.

Désormais dirigé par le coach allemand Sebastian Machowski, qui après sa carrière de joueur a entrainé en Allemagne, en Pologne et plus récemment en Chine, Chalon peut également compter sur les arrivées de l’ailier fort croate Tomislav Gabric (2m04) et du meneur Ahmaad Rorie qui arrive de Chypre N’oublions pas les jeunes pousses du club : Babacar Niasse (21 ans), Mathis Dossou-Yovo et l’intérieur d’origine malgache Sitraka Raharimanantoanina (20 ans) qui ne demandent qu’à s’épanouir.

A n’en pas douter un très bel effectif qui n’a pas encore trouvé sa vitesse de croisière mais qui sera indiscutablement un des grands favoris pour l’accession en Betclic Elite en 2022.

Un choc entre anciens champions de France !

Si les deux équipes affichent un beau palmarès (4 titres de champion de France à elles deux entre 2008 et 2017), elles se retrouvent aujourd’hui à l’étage inférieur. Mais si Chalon comme le SLUC il y a quelques temps, ne souhaite pas s’éterniser longtemps dans l’antichambre de l’élite, nous savons bien qu’il y a un monde entre l’ambition et les résultats, tant le championnat de ProB est difficile.

Cette affiche, décisive pour poursuivre sa route en Leader’s Cup, aura donc des allures de « petite finale » et fleurera bon le parfum de la ProA. Le SLUC Nancy aura l’occasion de s’étalonner à domicile face à la plus grosse cylindrée de la division et pourra montrer ses progrès, notamment sur le plan défensif, à ses fidèles supporters (que l’on espère encore plus nombreux). Avec les retours de Jean-Frédéric Morency (blessé contre l’ASA la semaine passée), absents à l’aller au Colisée, le SLUC devrait pouvoir se présenter au complet pour affronter les Bourguignons.

Le match sera à n’en pas douter un gros test pour la formation dirigée par Sylvain Lautié et sera riche d’enseignements pour la suite de la saison.

 

GO SLUC

MC