Skip to content

Revoilà Evreux !

Cela faisait bien longtemps que le SLUC n’avait pas joué une finale, la dernière datant de 2014 (Coupe de France face à Nanterre). La double confrontation pour le compte de la finale de Leader’s Cup qui l’opposera à l’ALM Evreux, doit donc ravir le staff, l’entourage et tous les aficionados du SLUC NANCY.

Après avoir connu les heures glorieuses de la Korac (2002), de la semaine des As (2005) des titres de champion de France (2008 et 2011) et des finales malheureuses de coupe de France (1997, 2009 et 2014) ainsi que les défaites douloureuses à Bercy (2005, 2006 et 2007), le SLUC Nancy va donc retrouver la joie, l’honneur et l’excitation de prétendre à un titre, même si l’objectif premier du club reste l’accession à l’élite du basket français.

Un petit goût de revanche ?

Après un match sérieux et abouti face à l’ADA Blois, ce mardi en demi-finale, le SLUC s’apprête donc à retrouver l’ALM Evreux pour une finale en deux manches. Cette rencontre s’annonce indécise tant les Ebroïciens avaient été performants à Gentilly, le 8 février dernier, en surprenant des Lorrains encore convalescents après un sévère épisode Covid.

Ce soir-là, Evreux emportait la mise (82-94) après avoir mené les débats durant toute la rencontre (37-51 à la mi-temps). Les 19 points de Fabien Paschal faisaient mal et l’activité de Djorje Milosevic (16 points, 4 rebonds et 3 passes) et Julius Kazakauskas (10 points, 6 rebonds et 5 passes) rendait la tâche des joueurs de Sylvain Lautié bien difficile. Manquant de rythme et de collectif, les partenaires de Stéphane Gombauld pourtant dominateur dans la raquette (24 points et 7 rebonds) réagissaient en seconde période, mais le débours de 14 unités était trop important. David Skara sonnait bien la révolte et Caleb Walker se multipliait mais les Nancéiens devaient finalement s’incliner devant l’adresse à longue distante (13/29) des coéquipiers de Marquis Jackson !

Le SLUC Nancy est prévenu, Evreux est une formation difficile à manœuvrer, physique, combative et qui possède une attaque de feu (la meilleure de ProB avec 84,3 points de moyenne devant Saint Quentin… et Nancy)

Pourtant, l’ALM vient de connaître deux défaites successives après son succès en terres lorraines. A Nantes tout d’abord (66-71) puis ce mardi à domicile face à Chalon (73-79). Moins adroit de loin, Evreux a souffert devant l’adresse des Chalonnais dans la raquette malgré la grosse performance offensive de Djordje Milosevic (25 points, 8 rebonds et 6 passes). 

Les « Jaunes et Bleus » rentrent un peu dans le rang et leur bilan à domicile reste en léger déficit (4 victoires / 5 défaites), Nancy l’avait d’ailleurs emporté (93-86) le 15 octobre, dès la première journée de championnat. 

De son côté, le SLUC semble avoir retrouvé des jambes et du rythme en témoigne la belle performance face à Blois (96-76), face à une équipe qui restait sur cinq succès. Bien plus présents en défense, les Nancéiens pèchent encore sur les rebonds offensifs et les secondes chances laissées à leurs adversaires. Le SLUC n’a jamais été inquiété ce qui a permis à Sylvain Lautié de bien faire tourner tout son effectif et reposer quelques peu les cadres. Le banc a été performant dans un collectif abouti (27 passes décisives, dont 12 pour le seul Mathis Keita et 128 d’évaluation au total !).

Place à la finale maintenant et il va falloir tout d’abord affronter l’ALM dans sa Salle Omnisports chauffée à blanc, tant le public Ébroïcien est prêt à s’enflammer. Une salle difficile soulignait Antony Labanca après le match de Blois, car il faudra résister à la densité physique et à la furia des locaux surmotivés à l’idée de remporter la coupe et qui leur permettrait du même coup d’assurer une place en playoffs. 

Sylvain Lautié le sait bien, ce premier match n’est que la première mi-temps de la finale, il est donc nécessaire de bien gérer la rencontre et préserver le résultat en vue du retour à Gentilly qui s’annonce d’ores et déjà explosif !

GO SLUC

MC