Skip to content

Relancer la machine !

Dix-huit jours après la défaite frustrante concédée sur le terrain de Quimper, actuel second de Pro B, le SLUC Nancy va retrouver son parquet de Gentilly pour affronter la lanterne rouge, le Poitiers Basket 86.

Après une belle série de 9 victoires consécutives, les Couguars s’étaient montrés bien trop maladroits ce jour-là pour faire tomber Quimper, perdant même l’avantage du panier-average (-2) à la dernière seconde, suite à trois lancers francs accordés à David Jackson.

Les Nancéiens doivent donc aller de l’avant, et enchainer maintenant 6 matchs en un mois avec quelques duels en haute altitude au programme.

Il ne faut donc pas rater ce premier rendez-vous plus que piégeux.

Les spécialistes vous le diront : il n’est pas facile de reprendre son rythme, après une aussi longue coupure. On peut cependant souhaiter que l’effectif nancéien ai pu récupérer physiquement, et soigner quelques bobos afin d’aborder la dernière partie de la saison.

Seuls Williams Narace et William Arnaud Adala Moto, retenus par la sélection camerounaise, ont joué durant la « fenêtre internationale » l’un des deux tournois qualificatifs pour l’AfroBasket 2021 (deux victoires face à la Guinée équatoriale puis devant la Guinée, avant une défaite contre la Côte d’Ivoire).

Le club lorrain aura aussi profité de cette trêve pour libérer à l’amiable Jordan Aboudou afin de rééquilibrer l’effectif. Cela laissera ainsi plus de temps de jeu au duo camerounais sur le poste 4.

Poitiers dans le dur

Le PB86 n’a remporté jusque-là que deux victoires (en 20 rencontres), et semble bien mal en point. Il faut en effet remonter à la saison 1993-94 pour trouver un bilan plus compliqué (Brest, 1v-19d). Le quotidien « La Nouvelle République » enfonçant le clou : « Avec le 8e budget et la 10e masse salariale, la probable descente du club poitevin fait désordre ».

Jérôme Navier qui a remplacé l’emblématique Rudy Nelhomme début janvier, n’est pas encore parvenu à changer la tendance (1v-6d depuis sa nomination). La situation est préocupante car il faudrait remporter au moins 8 matchs (sur les 14 restants) pour espérer se maintenir. Mais avec la qualité de l’effectif à disposition tout est faisable. 

Cependant, Poitiers veut tout tenter pour sauver sa place en Pro B.
En manque de confiance, le collectif a eu beaucoup de difficultés lors des dernières sorties malgré l’arrivée du meneur portoricain Manny Ubila, et le réveil de Bathiste Tchouaffé. Il faut dire aussi que l’absence sur blessure d’Efe Odigie pèse dans la raquette, d’autant qu’il n’a pas été remplacé.

Ainsi, lors du dernier match avant la trêve, le PB86 s’est lourdement incliné à domicile face aux Red Giants de Lille (61-81). Malgré une réaction en seconde période et un rapproché au score grâce à l’efficacité de Bathiste Tchouaffé (20 points en 23 minutes), les Poitevins devaient céder face à des Lillois bien plus efficaces (56% de réussite contre 40%).

Attention à la bête blessée

Il reste au SLUC Nancy à ne pas considérer le classement de son adversaire du jour, et à s’attendre à une réaction d’orgueil. « On donnera le maximum » assure Jérôme Navier à France Bleu Poitou. N’oublions pas que le 31 janvier dernier, pour le compte de la 17e journée du championnat, Poitiers dominait Gries-Oberhoffen 97 à 88 après avoir mené de bout en bout en Alsace, grâce à l’abattage de Bathiste Tchouaffé (16 points et 5 rebonds), à l’adresse de l’ancien nancéien Abdoulaye M’Baye (18 points à 4/8 à longue distance), et à la vista de Manny Ubila (15 points et 7 passes).

François Peronnet le sait bien, il faut éviter la réaction de la bête blessée. Pour cela, il sera opportun de bien débuter la rencontre afin de ne pas laisser entrevoir la moindre possibilité aux coéquipiers de Mickaël Var, qui serait probablement ravi de l’emporter face à son ancien public.

Contrôler le rythme du match, défendre durement, contrôler le rebond et prendre patience en attaque afin de placer nos joueurs offensifs dans les meilleures conditions seront les ingrédients nécessaires pour l’emporter.


MC