Skip to content

Relancer la machine

Le SLUC Nancy reste sur deux défaites à l’extérieur et doit rectifier le tir dès ce mardi à Antibes afin de conserver la tête du championnat.

Les deux derniers matchs perdus à Nantes et à Rouen nous laissent un goût amer tant les Nancéiens auraient pu l’emporter les deux fois. A Nantes tout d’abord où le SLUC menait de neuf points à l’entame du dernier quart-temps avant de céder sur la fin, tandis qu’à Rouen, les Nancéiens ultra-dominateur en première mi-temps grâce au duo Ron Lewis et Enzo Goudou-Sinha, ont eu jusqu’à 19 points d’avance (51-32). Hélas, l’intenable Ike Iroegbu (32 points) permettait à Rouen de revenir et de rafler le match dans les tous derniers instants (80-83) !

Une défaite qui fait mal, d’autant que derrière au classement Fos, Saint-Quentin et Blois l’emportaient. L’écart se resserre et le SLUC n’a aucune marge…

Cependant les hommes de François Peronnet n’auront pas le temps de gamberger puisqu’il faut déjà mettre le cap sur la Côte d’Azur pour y affronter dès ce mardi, une équipe d’Antibes qui navigue en eaux troubles.

Antibes bien loin de ses ambitions 

Armé d’un budget conséquent et possédant un effectif taillé pour l’élite, Antibes faisait partie des grands favoris du début de saison. Pourtant, l’équipe dirigée désormais par le belge Daniel Goethals depuis mi-février, n’occupe que la 16e place avec seulement 6 victoires contre 16 défaites !

De nombreuses modifications tant dans le staff que dans l’effectif n’ont pas permis jusqu’à maintenant à l’équipe de trouver une stabilité et d’assurer son standing. 

Daniel Goethals a donc procédé à de nouveaux ajustements d’effectif faisant appel au jeune arrière suisse formé à Chalon, Axel Louissaint réputé pour sa qualité de shoot et enrôlant le pivot américano-nigérian Temdayo Yussuf (13 points et 5 rebonds), tous deux en qualité de pigistes médicaux. 

D’autres modifications avaient eu lieu avant son arrivée : L’arrière US Byron Wesley (apportant de la créativité et du scoring avec 15,4 points depuis son arrivée) et l’ailier fort finlandais Carl Lindbom ont rejoint les Sharks pendant que Sadio Doucoure, Ali Traore, Sidy N’Dir rejoignaient l’infirmerie.

Cependant les résultats restent toujours en deçà des espérances (3 victoires / 10 défaites) depuis la prise en main du coach belge. Antibes reste d’ailleurs sur trois défaites, dont la dernière assez nette à Souffel (54-73) où seul Axel Louissaint (17 points) et Temdayo Yussuf (9 points et 8 rebonds) ont fait illusion.

A domicile, Antibes ne fait plus peur (3 victoires contre 8 défaites) mais les Nancéiens doivent s’attendre à tout sauf à une partie facile. L’avenir des Azuréens est compromis, une réaction d’orgueil est attendue !

Les Nancéiens déçus mais pas abattus

Les coéquipiers d’Enzo Goudou-Sinha, auteur d’une très belle première mi-temps à Rouen pour son retour après un arrêt dû au Covid-19, doivent se reprendre après leurs deux dernières déconvenues.

Le staff nancéien avait d’ailleurs prévenu qu’une période difficile était prévisible au vue du déroulement de cette saison si particulière. Il faut donc courber le dos et tenter de réagir.

François Peronnet déplore que les derniers évènements (blessures, virus, matchs décalés) contraignent son effectif tout en sachant très bien que toutes les équipes ont été ou seront touchées tôt ou tard. Le coach doit donc trouver la bonne formule entre intégration et récupération afin de préparer au mieux ses joueurs pour la succession de matchs à venir (trois en moins d’une semaine).

Les Nancéiens seront bien inspirés de démarrer une nouvelle série de victoires, tant leurs poursuivants mettent la pression dans la lutte aux deux premières places synonymes d’accession dans l’élite du basket français.

Il faudra plus de constance et surtout plus de lucidité en fin de match pour espérer l’emporter à l’Azurarena, ce mardi. C’est la richesse de notre effectif et de notre banc qui doit nous permettre de faire face à l’adversité et de retrouver des jours meilleurs.

GO SLUC

MC