Skip to content

Quimper n’a rien à perdre !

Bien positionné dans le trio de tête, le SLUC Nancy reçoit les Béliers de Quimper avec la ferme intention de poursuive la série de victoires en cours. Un match à prendre très très au sérieux et qui pourrait permettre aux Lorrains de revenir sur ses concurrents directs.

Victorieux à Saint-Vallier puis à Boulazac, le SLUC Nancy continue de bien voyager. Dans le Périgord, Sylvain Lautié acclamé par les supporters locaux, a pu constater le sérieux de ses joueurs qui ont dominé les débats durant quasiment toute la partie. En menant de 20 points à la mi-temps les partenaires d’un sensationnel Stéphane Gombauld, éclatant pour l’occasion tous ses records (30 points et 16 rebonds), avaient fait le plus gros du travail. Il restait à bien gérer la fin de match qui a vu le BBD revenir naturellement à 8 longueurs seulement à quelques minutes du terme. A l’expérience, Caleb Walker (18 points) et Mathis Keita (10 points et 7 passes) permettaient au SLUC de remporter sa huitième victoire loin de ses bases (84-73) pour plonger encore un peu plus Boulazac dans le doute. La série de trois victoires consécutives est en cours pour des Nancéiens qui reviennent sur Chalon surpris à Saint-Quentin.

Ce weekend, c’est Quimper qui se présentera à Gentilly, un adversaire qui doute, menacé actuellement par la relégation, à égalité avec l’ASA, Denain et Boulazac. Des équipes que le SLUC a rencontrées récemment et contre qui il n’est jamais facile de s’imposer.

Quimper dans le doute

C’est une réelle surprise de retrouver l’équipe de coach Foirest aussi mal classée à cette période de la saison. Les Béliers étant plutôt considérés comme de dangereux outsiders au début de la saison. Hélas des blessures en ont décidé autrement. Tout d’abord l’absence récurrente de David Jackson « l’âme » du club, puis de son remplaçant Carlon Guyton , à son tour blessé et lui-même remplacé par l’arrière canadien Yasiin Joseph arrivé fin février directement d’Ukraine. De plus, Ryan Harrow, assez décevant depuis le début de la saison, est arrêté pour plusieurs semaines pour une aponévrosite, le club n’ayant pas encore décidé de son remplacement.

Bien des problèmes pour le coach Laurent Foirest qui cherche la solution dans son effectif. Le secteur intérieur reste pourtant performant avec Lien Phillip solide (9 points et 5 rebonds) et Ryan Reid qui assure toujours (9,2 points et 3 rebonds) bien secondé par l’ancien nancéien Bastien Vautier qui a rejoint la Bretagne en janvier et qui revient bien après sa blessure (11,7 points à 66% et 3 rebonds). Digué Diawara se démène à l’aile (11 points et 5 rebonds de moyenne en 24 matchs) et Quentin Ruel reste un danger à 3 points (38,5%), quand Théo Léon, trop seul sur les lignes arrières, est un peu dans le dur (7,2 points et 4,5 passes). Si l’on regarde les statistiques collectives on peut noter que les Bretons pèchent surtout en attaque (16e avec 75,3 points) mais restent très solides en défense (6e juste derrière le SLUC avec 77,4 points concédés).

Le bilan actuel des Béliers (10 victoires / 15 défaites) n’est pas catastrophique, mais la densité de la ProB est telle que Quimper glisse lentement vers le bas du classement et doit maintenant lutter pour éviter la relégation. C’est surtout depuis la reprise de janvier que les Bretons dévissent dangereusement avec 10 défaites au cours des 13 derniers matchs… Il faut réagir et vite ! Notons toutefois que Quimper a remporté la moitié de ses matchs à l’extérieur (récemment à Nantes et Aix-Maurienne) et se déplacera très motivé en Lorraine avec la ferme intention de réaliser un gros match, car la qualité de son effectif est telle que Quimper devrait être dans le top 4. Donc attention danger !

Nancy est prévenu

La défaite du SLUC à Souffelweyersheim reste toujours en travers de la gorge de Mathis Keita, Antony Labanca et leurs coéquipiers. Tous savent qu’il est difficile de s’imposer face à des équipes qui luttent pour leur survie. Denain a vendu chèrement sa peau et Boulazac est tombé les armes à la main… Attention donc à Quimper.

À domicile, le SLUC veut redevenir une forteresse infranchissable et cela passe par un engagement de tous les instants, une défense acharnée pendant 40 minutes et une maîtrise totale du rythme de la rencontre. Tous les joueurs sont concernés du starting five au bout du banc, chacun doit apporter sa pierre à l’édifice. D’ailleurs, sur les cinq derniers matchs depuis la trêve internationale, les Couguars ne concèdent que 70 points à l’adversaire. Les bonnes performances passent obligatoirement par une défense imperméable.

Une victoire face à Quimper permettrait à coup sûr au SLUC de revenir sur concurrents en tête du championnat puisque vendredi Chalon (2e) recevra le leader Saint-Chamond pour un duel de haute volée… 

Go SLUC

MC