Skip to content

Philippe Braud :  » Tout le monde se donne à fond « 

Un doux parfum de basket refait surface depuis 10 jours maintenant du côté de Gentilly.
Enchaînant pas moins de 6h d’entrainement par jour, les joueurs du SLUC se préparent pour une nouvelle saison qui s’annonce passionnante, avec comme seul et unique objectif : la montée en Jeep Elite.
Le capitaine du SLUC lors de la saison 2018/2019, Philippe Braud, nous a donné quelques minutes, la veille de la première rencontre amicale pour le SLUC new look.

Philippe, comment se passe la reprise pour le moment ?
Depuis la reprise, je suis fatigué (rires), j’ai un peu mal aux jambes, mais c’est le but …
On nous fait beaucoup travailler musculairement plus que du foncier, qu’on a l’habitude de faire…  Je suis donc un peu courbaturé, mais sinon tout va bien.(rires)

La préparation physique parait différente cette année, peux tu la décrire ?
En arrivant on a eu des tests individuels où ils évaluent les manques et les faiblesses de certains, aussi bien au niveau musculaire qu’au niveau des articulations etc.
C’est avant tout une approche préventive puis qui se développe par la suite par un renforcement musculaire spécifique au basket, que ça soit sur les cuisses, sur le dos, sur les épaules, sur les fessiers. Il y a beaucoup de travail sur ces muscles, et je peux vous assurer qu’on le ressent énormément.

A première vue, comment analyses -tu l’équipe sur cette première semaine de préparation ?
Il y a vraiment un bon groupe, on sent que tout le monde a envie de bosser et que tout le monde se donne à fond.
Bien sûr au début de chaque saison c’est toujours tout rose,  maintenant pourvu que ça dure. Mais on a hâte de commencer les premiers matchs de préparation et voir ce qu’on a sous le capot.

Justement samedi vous affrontez Chalons-Reims (Jeep Elite) pour votre premier match de préparation. Quelles sont vos attentes ?
Il faut savoir que c’est un premier match contre une équipe de Jeep Elite après une semaine et demie de préparation intensive.
Il va y avoir du déchet c’est certain. On ne va pas mettre tous nos shoots, on va avoir des manques dans la cohésion, dans le mouvement du ballon…
On va faire des pertes de balles, il va justement falloir se mettre tout ça à l’esprit mais c’est grâce à ces matchs là qu’on construit une équipe.
Sur ce match l’état d’esprit et le contenu vont être importants bien avant le résultat.

Petite question pour finir, on a cru comprendre que cela pourrait être ta dernière pré-saison de ta carrière. C’est vrai ?
Oui c’est probablement ma dernière pré-saison au niveau professionnel… J’en suis presque sur (rires).