Skip to content

Le SLUC joue une première finale !

L’équipe Lorraine est toujours sur le podium après sa très belle performance face à Saint-Quentin. Mais seuls les deux premiers seront récompensés à la fin de la saison, ce match face à Fos, actuellement deuxième, peut donc être décisif d’autant que la situation est très serrée en tête du classement où cinq équipes se tiennent en deux matchs !

La performance des coéquipiers d’un Enzo Goudou Sinha, particulièrement revanchard après la déconvenue de Souffelweyersheim, a remis le SLUC Nancy sur de bon rails, à cinq journée de la fin, rien est fait, loin de là. Grace à la performance de son jeune meneur (21 points à 60%, 9 passes décisives et 8 fautes provoquées), l’équipe a démarré le 1er quart-temps sur les chapeaux de roues (29-9) pour ne plus laisser de répit à des Picards médusés. Même si la bande à Besson-Gillet et Jackson-Cartwright a évidemment réagit en seconde mi-temps, le SLUC Nancy l’emportait 95-83, empochant du même coup le panier average si important en cas d’égalité.

Ce mardi, c’est une nouvelle épreuve de force qui s’annonce, puisque les hommes de François Peronnet vont défier l’actuel deuxième du classement, Fos-sur-Mer (20 victoires / 10 défaites), un adversaire particulièrement redoutable.

FOS, veut finir en beauté

Défaits trois fois lors des cinq derniers matchs (face à Lille, à Saint Chamond et à Antibes lors du dernier match), les Byers ont grillé quelques jokers. Le rythme endiablé imposé pour terminer la saison explique ces sautes de performances, chaque équipe connaissant des jours sans. Les Nancéiens qui ont connu aussi de malencontreuses performances (face à Lille, à Evreux et surtout à Souffelweyersheim) peuvent en témoigner.

Ce match entre deux des grands favoris à l’accession va donc valoir son pesant d’or, malheur au vaincu !

Pour l’équipe du coach Remi Guitta,.qui a goûté à la Jeep Elite avec les Fosséens en 2018/19, une victoire lui ouvrirai toutes grandes les portes de l’Elite mais dans le cas contraire  ce serait plus difficile.

Il reste quatre matchs à jouer à Fos-sur-Mer pour terminer la saison : Nancy et Quimper à domicile puis Rouen et Nantes à l’extérieur. Sachant que le bilan actuel à la Halle des Sports Parsemain s’établi actuellement à 11 victoires contre 4 défaites.

Fos pourra bien évidemment compter sur sa vielle garde : Edouard Choquet (32 ans), Niklas Caner-Medley (37 ans, 13,9 points et 7,3 rebonds) véritable plaque tournante de l’équipe, Jamar Diggs (32 ans, 13,5 points et 5,4 passes) et l’ancien joueur nancéien Jean-Michel Mipoka (35 ans), des joueurs très expérimentés et difficiles à manœuvrer. Mais il faudra également beaucoup se méfier des plus jeunes : Kevin Mcclain l’arrière allemand  de 24 ans qui sait être efficace, (16 points et 4,2 passes), Bodian Massa (23 ans, 9,4 points et 6,9 rebonds) et Jonathan Augustin-Fairell, l’intérieur originaire des Bahamas (27 ans) qui a relégué Jaraun Burrows hors du groupe.

Pour Nancy, c’est une nouvelle finale à jouer

C’est ce que disent nos joueurs. Au-delà des difficultés du club (blessures, covid etc…), leur solidarité, n’a d’égale que leur ambition toujours intacte.

Face à Saint-Quentin, on a pu apprécier le retour de Charles Nkaloulou et la présence de Ferdinand Prénom (11 points et 6 rebonds à eux deux sur 13 minutes cumulées). Ces deux là peuvent permettre à Omari et Bruno d’être plus sereins (15 points et 13 rebonds pour eux) et à Andell de retrouver en partie son poste d’ailier, redonnant ainsi au SLUC une plus grande dimension athlétique et une présence plus intense au niveau des rebonds.

Enfin, nos snipers retrouvent des couleurs : Antony et Ron depuis quelques matchs, Enzo de son côté s’affirmant au-delà de la ligne comme l’actuel meilleur shooteur  de la ligue avec une réussite de 47,7% depuis le début de saison.

Le SLUC espère pouvoir compter, une fois encore, sur son vétéran Ron Lewis toujours très motivé face à son ancienne équipe. La saison passée dans la salle des Byers, il avait planté 27 points permettant au SLUC de rafler la mise 69-67. 

Il va donc falloir être fort, très fort même, pour réaliser une telle performance, sachant qu’à l’aller, Le SLUC Nancy l’avait emporté de cinq petits points (76-71) et que Fos avait pris sa revanche en ½ finale de leaders Cup au mois de novembre 2020 (76-65) emmené par le duo Dokossi-Caner Medley (39 points à eux deux) avant de remporter le trophée face à Quimper.

Allez les gars, c’est le money time, il ne faut rien lâcher !

GO SLUC

MC