Skip to content

Le SLUC gagne le bras de fer (76-71) !

C’est bien connu. Une nouvelle année chasse les doutes. Pour son premier match en 2019 et devant  4700 fans, l’équipe de Christian Monschau  a clamé haut et fort ses bonnes résolutions  L’adversaire proposé d’un soir –  l’ambitieux Orléans Basket (2ème de Pro B)-  ne laissait, de toute façon, aucun autre choix que celui  d’afficher sur le parquet des valeurs de combat.
Le contrat a été rempli puisque les partenaires de Bastien Vautier (14 points , 5 rebonds et 19 d’évaluation) ont  gagné cette rencontre  » au bras de fer » (76-71 ; mi temps 38- 38)
En conférence de presse d’après match, les deux coaches, Christian Monschau et Germain Castano ont, d’ailleurs, été unanimes tous les deux.  » Ce soir les spectateurs ont vu un vrai match de Jeep Elite », ont ils déclamé…
… Juste avant d’ajouter que « l’affaire » (autrement dit  le gain du match) s’était joué sur des détails.
RETOURS GAGNANTS POUR SOLO ET CELLUS
Plus exactement , le tournant du match  se sera « joué » aux alentours  de la fin du 3ème  quart temps. Quand Orléans  nanti d’un matelas de 10 points d’avance vit le Sluc revenir sur ses talons (de 44-54 à 62-57 à la 32 ème).  » Le 0-9  encaissé à ce moment concèda  Germain Castano  nous a fait très mal. On a mal géré le moment. Il est dommage qu’au final qu’après un match pareil,  nous n’ayons pas pris  la récompense… »
Les dernières minutes  furent irrespirables (64-64 à la 35 ème minute) « Notre nombre de balles perdues (9) est rassurant. Et sur ce total, nous en perdons deux dans les 13 dernières secondes » commenta coach Monschau.
Lesquelles faillirent coûter cher  (72- 66 à 72-71 à 13 secondes du terme). Cependant, le SLUC, samedi soir avait trop d’atouts dans sa manche pour céder.  Les retours victorieux de Solo Diabaté (7 points) et de Cellus Sommerville (voir photo ci-dessus), face à son ancienne équipe (18 points, 10 rebonds, 21 d’évaluation) sont aussi une explication de cette 8ème victoire en championnat.
Statistiques de la rencontre : Cliquez-moi