Skip to content

Le SLUC est revenu de loin (69-63)

Devant ses 3421 spectateurs, les joueurs du SLUC, malmenés pendant 3 quart-temps dans tous les secteurs de jeu, se sont transformés en guerriers pour aller chercher une 6ème victoire de rang en championnat pour le plus grand bonheur d’un Gentilly en fusion.

Cette équipe a définitivement une ressource mentale incroyable. Comme l’a souligné le coach François PERONNET en conférence de presse, « les joueurs ont fait preuve d’une abnégation et d’une volonté de ne jamais baisser les bras incroyables et pour ça il faut les féliciter ».

Même si, avant ce dernier quart-temps, tout n’a pas été rose. Loin de là. On a d’abord assisté à une première mi-temps où la réussite était totalement absente (29% de réussite aux tirs à la mi-temps) même si le ballon circulait bien. De l’autre côté du terrain, le SLUC subissait la loi des tireurs d’élites David DENAVE et Marcos SUKA-UMU (10 et 8 points respectivement, 4/6 à 3 points pour les deux joueurs). Du côté des locaux, seul Enzo GOUDOU-SINHA surnageait par rapport à ses coéquipiers (10 points à 3/5 en 15 minutes)

Au retour des vestiaires, nous pensions assister à un scénario trop connu à Gentilly, cette saison : Un SLUC un ton en dessous en première mi-temps et incisif en seconde période. Ce ne fut pas le cas. Du moins, lors du troisième quart-temps qui, lui, fut encore le théâtre d’une grosse domination au rebond de la JAVCM, que les intérieurs nancéiens n’ont pas vraiment su limiter (15 prises pour Mohamed KONE ce soir) et d’une adresse diabolique de loin, à l’image de ce diable de SUKA-UMU, auteur d’un panier à 3 points à quelques secondes du buzzer alors que le SLUC était revenu à 6 points.

Enfin arriva la réaction des nancéiens. Celle que tout le monde attendait, celle qui allait enflammer le palais des sports Jean Weille. Le dernier quart-temps fut abouti en tout point. Une défense agressive retrouvée, Jordan ABOUDOU très bon hier soir en leader (11 points, 6 rebonds et +17 au + /- pour 15 d’évaluation) ainsi qu’une efficacité offensive des grands soirs. Ron LEWIS, auteur jusqu’alors d’un match en dessous de ses standards, allait réveiller ses troupes en faisant jouer ses partenaires (7 passes décisives) et en inscrivant 10 des 25 points du dernier quart-temps. On en redemande tous les jours.

L’apothéose et le soulagement arrivèrent quand Jordan ABOUDOU claqua un dunk rageur à une minute du terme pour faire rugir un Gentilly qui n’attendait que ça pour exploser. Bravo pour cette victoire, il fallait le faire.

Prochain match, déplacement à la Kindarena de Rouen, vendredi prochain, entre-deux à 20h30

#GoSLUC