Skip to content

Le promu alsacien a tout d’un grand !

Gries-Oberhoffen qui évolue pour la première fois de son histoire en Pro B n’a peur de rien !

Le GOBC, plus petit budget et plus petite masse salariale de l’antichambre de l’élite, propose un jeu atypique et souvent spectaculaire, un jeu tout en rapidité et en mouvement. Les hommes de Christian Monschau qui s’étaient imposés sur le fil au match aller sont prévenus.

Après s’être imposé avec brio le 23 avril dernier sur le parquet de Vichy-Clermont, le SLUC s’est fait surprendre, chutant dans un premier temps à domicile devant Nantes (71 – 74). Une défaite mal venue dans l’optique des play-offs et du ‘combat’ qu’ils représentent. La semaine suivante, la machine nancéienne s’est à nouveau déréglée. A Poitiers, les Cougars ont mordu la poussière (80 – 73), sous les coups de boutoir de ses jeunes français (Thinon, Mendy ou Desmonts).
Si bien qu’avant la 31e journée, le SLUC pointait à la 5e place. 

Tout pour l’attaque

Après avoir affronté mardi Quimper sur ses terres dans un match à hauts risques, où un Yunio Barrueta record (41 points , 13 paniers à 3 pts) a littéralement fait exploser l’équipe bretonne (110-72), Marcellus Sommerville & Co reviennent à Gentilly.
Face à eux, une équipe sans complexe. Gries-Oberhoffen est bien placé pour décrocher les play-offs. Le promu alsacien, sans peur et sans reproche, peut compter sur son jeu rapide et d’attaque pour malmener bon nombre de défenses.

Cela tombe bien, le SLUC possède toujours la défense la plus hermétique de Pro B. Le duel s’annonce donc alléchant.

Pour les Couguars, il s’agira aussi d’offrir un autre visage que celui montré contre Nantes il y a deux semaines. A l’approche des phases finales, il est important de retrouver, outre la réussite, une sérénité et une application dans le jeu. 

Allez les gars !

Go SLUC