Skip to content

Damir Krupalija : " Jouer pour son pays n'a pas de prix ! "

Damir Krupalija (ici contre Trier), retrouve Alain Weisz au SLUC Nancy Basket.

Jusqu’à la première journée de Pro A (28 septembre 2014 contre Limoges), les joueurs du SLUC Nancy Basket se prêteront au jeu des questions-réponses. Ainsi, il se livreront à travers une interview décalée !
Aujourd’hui c’est au tour de Damir Krupalija (35 ans, 2m05, Poste 4) de s’y prêter…

Quelles sont tes premières impressions depuis la reprise ?
Il y a une bonne atmosphère, avec des joueurs de qualités. Les coachs nous ont bien fait courir …. c’est dur (Il rigole). Mais après, il faut passer par ces moments-là pour être prêt physiquement jusqu’en juin.
Quel est ton plus beau souvenir de basketteur ?
J’ai gagné trois titres dans ma carrière, ce sont d’excellents souvenirs. Mais jouer pour son pays n’a pas de prix …
Avec quelle célébrité aimerais-tu partager un repas ?
Vince Vaughn (comédien Américain). Il est très drôle et partager un repas avec lui serait un moment très sympa.
Quel voyage aimerais-tu réaliser ?
Je n’ai jamais mis un pied sur le continent Africain. Donc par curiosité j’aimerai y aller, et surtout en Namibie.
Quel pouvoir surnaturel aimerais tu avoir ? 
Voir à travers les murs, et les traverser.
Quel rêve d’enfant aimerais-tu réaliser, ou as-tu déjà réalisé ?
Gagner le championnat de France Pro A.

NANCY : Basket Pro A Friendly match Nancy VS Mons
Damir est un poste 4 fuyant, capable aussi bien de joueur en jeu intérieur que de s’écarter et tirer à 3pts

As-tu déjà fais autre chose que du basket ?
Mon grand-père ayant fait une carrière dans l’athlétisme, j’ai voulu suivre ses traces. Je pratiquais en même temps du Football (3 ans), ensuite j’ai fait du Judo (1 an), du Tennis ( 2 ans) et enfin je me suis mis au Basketball.
Quelle est ton addiction ? 
Regarder du Sport à la TV. Je ne regarde que très rarement des films ou des séries. Par contre le sport si je pouvais le regarder 24h/24h je le ferai.
Ton Idole ?
Toni Kukoc. Il a changé la mentalité des américains vis-à-vis des joueurs Européens. Il y a 20 ans, voir un joueur de 2m10 capable de jouer meneur était rare voir même nouveau.
 
Si tu n’étais pas joueur de Basket, que serais-tu ?
J’aurais joué au football.
A quel endroit aimerais-tu vivre ?
A Anvers en Belgique. J’ai un bon feeling dans cette ville. Je m »y suis senti très bien. C’est à la fois petit mais grand en même temps. Tu as tout à proximité.
Quelle est la pire excuse que tu aies donnée à un coach pour être arrivé en retard à l’entrainement ?
Je n’ai pas beaucoup été en retard mais, je me souviens d’une fois ou j’étais à Londres, j’ai raté mon train … et donc l’entrainement qui suivait 5 h après …. Il a bien fallu appeler le coach pour expliquer la situation…
Quel joueur contre lequel tu as joué t’a le plus impressionné ?
J’ai joué contre beaucoup d’excellents joueurs, mais je pense que Tony Parker fait parti de ceux qui m’ont le plus impressionné.
Il y a aussi eu Fabricio Oberto, c’est le joueur le plus dur physiquement contre lequel j’ai joué. C’est un cheval !
As-tu un projet que tu aimerais finaliser ?
Gagner la Pro A, et pour l’après basket … j’en ai pour l’instant aucune idée. Rester dans le basket me plairait.