Skip to content

Le SLUC absent lors d’un quatrième quart-temps fatal ! (69-76)

Le quatrième quart-temps fut ce soir fatal aux nancéiens qui avaient déjà failli perdre le précédent match, dans les mêmes circonstances, face à Quimper à domicile. Un mal qui ne doit pas devenir récurrent et qu’il va falloir absolument corriger. 

 

Les nancéiens, un peu permissifs en défense en début de match, ont vite laissé Aix-Maurienne prendre le contrôle de la rencontre avant de progressivement les rattraper : en cause la très bonne défense mise en par le coach Schmitt qui obligea les hommes de Christian Monschau à prendre des tirs difficiles. Il fallut 7 minutes aux nancéiens pour véritablement lancer leur match par l’intermédiaire d’un 3 points de Ron Lewis et un tir intérieur de Dinma Odiakosa, consécutif à un rebond offensif pris au milieu de trois joueurs adverses. (20-13 à l’issue du premier quart-temps)

La bonne entrée de Dinma Odiakosa et de Jordan Aboudou (respectivement 8 points à 100% et 6 points à 60% à la mi-temps) se continua lors du second quart-temps au cours duquel ils dominèrent les airs (10 rebonds à eux deux). La fin du second quart-temps donna lieu à un duel entre les deux équipes, qui n’arrivaient pas à se départager et qui se rendaient coup pour coup (37-34 à la mi-temps).

Au retour des vestiaires, les coéquipiers d’Enzo Goudou-Sinha (7 points à 50% 3 rebonds et 5 passes décisives pour 13 d’évaluation en 23 minutes) allaient revenir avec de meilleures intentions. Une défense un peu plus agressive et une volonté de faire circuler allaient être les maîtres mots du jeu nancéien. Cela se traduisit immédiatement par un petit break pour les locaux (58-48, 27’). Malheureusement, encore à la peine physiquement, les nancéiens d’Adala-Moto, très bon ce soir sur courtes périodes (12 points à 42%, 4 rebonds pour 13 d’évaluation en 16 minutes) allaient laisser filer leur avantage et finir le 3ème quart temps avec le même écart qu’au début (60-57).

Le 4ème quart-temps fut pour les nancéiens un véritable cauchemar éveillé. Seulement 2 points marqués entre la 30ème minutes et la 37ème minutes, de nombreuses balles perdues qui allaient données du jeu rapide aux coéquipiers de Ronald March (24 points à 10/21, 4 rebonds et 5 fautes provoquées pour 20 d’évaluation en 35 minutes), décidément intenable, aussi bien ce soir que depuis le début du championnat. Le cauchemar fut de trop longue durée, le mal était fait lorsque les nancéiens retrouvèrent un semblant de jeu et l’écart était trop conséquent lorsque Mérédis Houmounou (6 points à 22% et 4 passes décisives) marqua le premier panier du quart-temps au bout de 7 minutes et 30 secondes. Les coéquipiers de David Ramseyer (23 points à 50%, 5 fautes provoquées et 8 rebonds pour 23 d’évaluation) pouvaient exulter et repartir en Savoie avec la victoire.

Place désormais à un déplacement capital à Poitiers, lanterne rouge du championnat, vendredi soir prochain.

#GoSLUC

 

Les déclarations d’après match :

 

Emmanuel SCHMITT: Il y a eu des moments où on a été en difficulté, on a tenu le fil de notre match mais on est toujours restés dans le match, pour cela je tiens à féliciter notre équipe.

L’équipe est restée concentrée jusqu’à la fin, le match gagné à Nantes a soudé notre équipe et nous savions que si l’on faisait le match que l’on souhaitait faire on pouvait embêter Nancy. Notre début et notre fin de match sont très bons.

 

Dinma ODIAKOSA: La défense de zone qu’ils ont fait nous a beaucoup handicapé, nous devons restés soudés, retourner travailler et travailler pour faire de meilleurs matchs, je suis désolé auprès des fans pour cette défaite.

 

Christian MONSCHAU: Nous avons eu du mal lors de notre dernier quart-temps. La maladresse à 3 pts et la mauvaise gestion de la balle nous ont crispées. On a voulu forcer dedans, avec des balles perdues qui ont permis à Aix de développer du jeu rapide.

Je pense que c’est sur l’aspect de l’énergie où nous peinons encore. Il faut que l’on soit constant défensivement et ce soir, lorsque l’on s’est relâchés, l’adversaire a pris espoir et est revenu. Il y a eu beaucoup de mauvais choix de notre part. Lors de matchs comme cela, il faut être plus concentré sur la défense et la gestion de la balle, ce sont des facteurs que l’on peut contrôler contrairement à l’adresse.