Skip to content

À FOS POUR BIEN FINIR L’ANNÉE

Pour le dernier match de l’année 2019, le SLUC Nancy (6e avec 7 victoires et 5 défaites) se déplace à Fos-sur-Mer (15e, 4 victoires, 8 défaites) avec l’espoir de terminer l’année sur une bonne note.

Une belle deuxième mi-temps (remportée 52 à 30) a permis au SLUC Nancy d’écarter le Denain Voltaire en début de semaine. Quand les Nancéiens haussent le ton en défense, tout devient plus facile.

Le retour de blessure de Williams Narace (13 points et 10 rebonds contre Denain) fait un bien fou aux Nancéiens. Son activité des deux côtés du terrain libère nos attaquants, Ron Lewis en tête (23 points et 7 passes), Yunio Barrueta (13 points) et Anthony Racine (13 points en 10 minutes). L’ASCDV a explosé en seconde période après avoir donné beaucoup de fil à retordre durant les vingt premières minutes.

Avec ce succès, le SLUC revient à une victoire de la 2e place.

Fos-sur-Mer, en plein renouveau

Les spécialistes de basketball vous le diront, Fos-sur-Mer, tout juste relégué de Jeep Élite, présentait, en début de saison, toutes les garanties pour figurer parmi les favoris de Pro B.

Cependant, après un départ calamiteux (6 défaites consécutives dont à quatre reprises sur une possession d’écart), les Provençaux ont bien redressé la tête. Les journées de Noël leur ont pour l’instant bien réussi puisqu’ils viennent d’enchaîner sur deux succès de rang : face à Gries-Oberhoffen (93-71) puis sur le parquet d’Aix-Maurienne (89-95). 

En Savoie, les « Black & Yellow », emmenés par Caleb Walker (27 points, 9 rebonds et 3 interceptions), Makram Ben Romdhane (16 points, 6 rebonds et 3 passes décisives) et Édouard Choquet (15 points et 4 passes), ont pris le dessus au cours du troisième quart-temps, puis ont tenu le coup jusqu’à la fin. « C’est une victoire qui fait beaucoup de bien et qui, je pense, est méritée » commente, soulagé, le coach provençal Remi Giuitta.

Caleb Walker : le danger

Les « Byers » peuvent s’appuyer sur Caleb Walker, 29 ans et 1,94 mètre. Un ailier talentueux, natif de Kansas City, qui a brillé à Évreux et dernièrement au Basic Fit de Bruxelles. Déniché au Danemark, il est devenu l’un des meilleurs marqueurs de Pro B (15,7 points + 5,6 rebonds pour 16,1 d’évaluation en 67 rencontres avec l’ALM).

C’est plus un avaleur d’espace qu’un shooteur ; il  percute en drive et défend durement. « C’est est un joueur très complet, capable de mettre de l’intensité des deux cotés du terrain » souligne son coach. Caleb Walker ne déçoit pas, car depuis le début de saison, il est le meilleur marqueur et signe la troisième évaluation de la division.

Il cumule ainsi 19 d’évaluation pour 20 points (à 57% de réussite avec près de 14 tentatives par match), 5 rebonds et 2 passes en moyenne. C’est assurément le danger numéro un ; un gros client pour Yunio Barrueta ou Ron Lewis (3e meilleur marqueur de Pro B quant à lui avec 17,7 points de moyenne).

À ses côtés il peut compter sur Makram Ben Romdhane (30 ans et 2,05 mètres), en provenance de Saint-Chamond. C’est lui qui, d’un tir assassin au « buzzer », avait sorti le SLUC Nancy des Playoffs la saison dernière. Le pivot international tunisien était tout simplement l’un des meilleurs joueurs du championnat (11,7 points, 8,5 rebonds et 16,3 d’évaluation).

Impactant dans la raquette adverse grâce à son physique et son toucher de balle, il possède une belle vision de jeu. C’est un joueur complet, capable d’évoluer aux postes 4 et 5. Il a signé à Fos avec l’espoir d’accéder à la Jeep Élite très rapidement, mais depuis son retour de la Coupe du Monde avec la sélection tunisienne, il met du temps à retrouver ses marques (8 points et 6 rebonds). Attention toutefois, son match face à Aix-Maurienne peut signer pour lui la sortie du tunnel.

Une équipe solide

Mais le club fosséen a d’autres atouts, comme Junior M’Bida (10,5 points et 5 rebonds). L’intérieur camerounais de 29 ans et 2,04 mètres est devenu un spécialiste des montées avec ses clubs précédents (Boulogne-sur-Mer, Antibes et Orléans). S’il n’a pas convaincu en Jeep Élite, ses qualités défensives et athlétiques ont toujours été bien exploitées en Pro B.

N’oublions pas Édouard Choquet, meneur de jeu fidèle et expérimenté (5,5 passes décisives et 7,5 points), ni Lucas Hergott dont son coach ne tarit pas d’éloge : « c’est un jeune joueur qui possède une très bonne mentalité, très complet, polyvalent, qui possède une bonne culture de jeu. Il est très agressif, actif, et dégage une vraie énergie des deux côtés du terrain ».

Le club peut également compter sur l’ailier américano-ivoirien Charles Abouo, revenu au club après une année à Blois (10 points, 3 rebonds et 2 passes en 25 minutes de jeu).  Quant au jeune Bodian Massa, pivot longiligne de 2,08 mètres, il possède un réel potentiel. Il effectue d’ailleurs une bonne rotation (16 minutes, 6 points et 4 rebonds).

Enfin, nous ne présenterons pas le dernier arrivé en Provence. Il s’agit de Souleyman Diabaté. Pigiste de Mohamed Hachad, le meneur ivoirien de 32 ans a signé jusqu’à la fin de la saison. Depuis 7 matchs avec Fos, l’ancien nancéien compile 9 points et 4,6 passes en sortie de banc. Sûr que « Solo » voudra se rappeler au bon souvenir de son ancienne équipe !

Un déplacement à bien négocier

Plombé par son mauvais début de saison, le classement ne reflète pas le niveau de cette équipe de Fos-sur-Mer. Des joueurs expérimentés qui appliquent un jeu collectif (1e aux passes avec 21,5 caviars) et dont l’adresse en attaque (4e avec 46,4% de réussite) peut être redoutable. En effet lors des cinq derniers matchs, les « Byers » ont gagné trois fois en marquant plus de 90 points.

Rémi Giuitta conclu « j’espère maintenant qu’on va finir l’année par une victoire face à Nancy pour souffler un peu, s’éloigner de la zone rouge, et essayer de regagner un peu en sérénité ».

De son côté, le club nancéien est prévenu : pour espérer l’emporter en Provence, comme le 5 novembre dernier lors du 1/16e de finale de la Coupe de France (81-87), les partenaires de Ron Lewis et Jordan Aboudou (deux anciens de la maison noire et jaune) savent très bien qu’il va falloir défendre et limiter l’impact des artilleurs fosséens.

Le SLUC Nancy devra se battre sur tous les ballons, couper les lignes de passes, imposer son physique dans la raquette et rester attentif durant quarante minutes pour revenir en Lorraine le sourire aux lèvres.

#GoSLUC