Skip to content

Aix-Maurienne, la force tranquille.

Le SLUC NANCY (5ème, 4v 3d) reçoit AIX-MAURIENNE (11ème, 3v-4d)

Le Contexte :

Le SLUC a connu un début de saison très chargé avec 18 matchs en 9 semaines, enchainant championnat, Leaders Cup et Coupe de France. L’équipe et le staff vont enfin retrouver le rythme d’un match par semaine ; cela permettra aux joueurs de mieux récupérer, et de mieux travailler à l’entrainement.

Au cours de ce périple, et après trois défaites consécutives en championnat, l’équipe nancéienne s’est rassurée avec une série de deux victoires en cours, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Assez tranquilles à Saint-Quentin (77-92), les Nancéiens ont plus difficilement battu Quimper (76-72) samedi dernier. Les dix-huit points d’avance à la mi-temps fondant comme neige au soleil lorsque Quimper est revenu à deux points en fin de match.

De son côté, AIX-MAURIENNE vient de subir à domicile la loi de Souffelweyersheim (77-90), surprenant leader du classement, stoppant net une série de deux victoires d’affilées (face à Quimper 90 à 78, et surtout à Nantes 78 à 74). Malgré le chantier réalisé par Jaraud Burrows en 1ère mi-temps, et David Ramseyer en 2ème (21 et 26 points), Souffel à bien résisté puis a fait la différence dans le troisième quart-temps, infligeant un 11-0 pour finir par gérer sans trembler. Aix, trahi par son adresse à 3 points (0/11 à la pause, puis 2/22 sur le match) n’est jamais parvenu à revenir au score.

Les deux équipes se sont rencontrées 6 fois depuis 2017. Les Nancéiens ont remporté 5 victoires contre une seule défaite en mai 2018 à Aix les Bains.

L’Adversaire :

AIX et MAURIENNE ont fusionné en 2005 pour pérenniser le club en Pro B. Depuis 15 ans, ce club y est bien ancré, et a disputé 450 matchs dans la division en 13 saisons. C’est donc un club « historique », l’un des plus anciens de Pro B. Il a connu des périodes brillantes, réalisant une belle 4ème place en 2011/2012, et d’autres plus difficiles : le club avait été rétrogradé en Nationale 1 en 2015, pour remonter dès l’année suivante.

La saison passée a été très éprouvante, le club se sauvant à l’avant-dernière journée. L’entraineur Fabien Romeyer a donc été remplacé par Emmanuel Schmitt. Cet alsacien, ancien joueur de Chalon notamment, a exercé ses talents d’entraineur dans le championnat suisse pendant plusieurs saisons.

À surveiller :

Emmanuel Schmitt a convaincu Jaraun Burrows, un pivot de 2,03 mètres, né il y a 34 ans aux Bahamas, de venir en Savoie pour y jouer un rôle majeur.

Ce véritable globe-trotteur sorti de Fort Wayne en NCAA et non drafté en 2006, a longtemps bourlingué dans les ligues mineures (Suède, Slovaquie, Suisse, Finlande, D2 Israël) avant de débarquer en France à Fos/Mer en Pro B, et de s’imposer comme un redoutable finisseur.

Il a ensuite raté l’essentiel de la saison suivante à Fos en Jeep Élite à cause d’une blessure et d’une opération à la cheville. Il a pu néanmoins y côtoyer Ron Lewis et Jordan Aboudou.

Depuis le début de saison, ce joueur au gros volume de jeu compile de très belles stats avec 16 points à 60% de réussite et 8 rebonds par match. Il sera bien évidemment à surveiller de très près par Bastien Vautier et Dinma Odiakosa, sous peine de nous faire très mal dans la raquette.

L’effectif :

Suite à la médiocre saison dernière (16ème),  l’équipe d’AIX-MAURIENNE a été complètement remaniée : seul le meneur vétéran Atamna et le jeune ailier Junior Zéro ayant été conservés.

Outre Burrows, le club savoyard a également recruté Ilari Seppala. Attention à cet arrière international finlandais de 31 ans, riche d’expériences en Coupe d’Europe. Capable de coups de folie, comme à Nantes (30 points à 6/10 à 3 points et 7 passes) ou à Saint-Quentin (26 points à 5/11 à 3 points), il joue un véritable rôle de scoreur-passeur (30 minutes de jeu, 15 points et 5 passes décisives).

Autre recrue repérée en suisse par Emmanuel Schmitt, Ronald March, 26 ans, ailier US de 1,96 mètres, apparait comme un véritable pari. Deuxième meilleur marqueur de championnat suisse avec Vevey, c’est un joueur complet. Le natif de Phoenix a démarré sa carrière professionnelle dans des ligues peu habituelles (Indes, D2 Luxembourg). Depuis le début de cette saison, il assure quand même 31 minutes de jeu, 15 points et 7 rebonds, abusant parfois de son shoot mais n’hésitant pas à aller au rebond.

Ces trois joueurs constituent à ce jour un attelage très performant en attaque. Il faudra s’en méfier !

Pour le reste, la direction de l’équipe a été confiée à Théo Léon (1,80 mètres, 27 ans), meneur organisateur formé à l’ASVEL. Il apporte toute son expérience au club savoyard qui a par ailleurs déniché Charles Nkaloulou, un ailier-fort congolais de 25 ans qui jouait en Nationale 1 la saison passée, après 6 années en 2ème division espagnole. Très solide, il apporte toute son énergie au rebond, et c’est également un bon shooteur à 3 points. Enfin, David Ramseyer (32 ans), International suisse sous les ordres de… Emmanuel Schmitt, est un intérieur expérimenté connaissant parfaitement la Pro B. Il revient en Savoie 10 ans après avoir quitté le club, et propose une rotation très efficace (13 points et 3 rebonds).

Avec Atamna et Zéro, quelques jeunes joueurs complètent le banc pour les rotations.

Le cinq majeur savoyard est donc de qualité. Le SLUC Nancy devra donc limiter impérativement l’adresse des scoreurs adverses, bien défendre et tenir la raquette afin de pouvoir imposer son jeu et ses qualités physiques. Ce sont les conditions pour continuer la série !