Skip to content

1/2 finale acte 1

Ce sera donc un nouveau déplacement qui est proposé ce mardi, aux joueurs de Sylvain Lautié qui avouait récemment n’avoir jamais autant voyagé en trente ans de coaching ! Peu importe, le SLUC Nancy qui vient de rafler la mise sur le terrain du SQBB où il est très difficile de s’imposer habituellement, va poser ses valises dans le chef-lieu du Loir et Cher avec une idée derrière la tête et la ferme intention d’y réaliser une bonne performance.

A Saint Quentin, le SLUC a retrouvé son basket après un premier quart-temps approximatif. Stéphane Gombauld littéralement survolté (30 points et 9 rebonds) a montré la voie où l’ont suivi Caleb Walker (18 points, 5 passes), Mathis Keita (7 passes) et Antony Labanca (11 points). Les Nancéiens se sont montrés agressifs en attaque (26 fautes provoquées) et attentifs en défense, prenant le dessus aux rebonds et en maîtrisant le feu follet Kendall Anthony (2/11 aux shoots et seulement 3 d’évaluation).

Nancy continue donc de bien voyager, remportant sa 6e victoire en 7 déplacements (Leader’s Cup et championnat). Se profile maintenant une rencontre au sommet dans la fameuse salle du Jeu de Paume face à une équipe de Blois en difficulté mais qui ne lâchera rien.

BLOIS est un peu dans le dur… comme le SLUC !

L’ADA est l’un des ténors de la ProB depuis quelques années, terminant même deux fois à la première place du championnat (2018 et 2020) sans toutefois pouvoir accéder à l’Elite à cause des règlements et de la Covid-19 ! D’ailleurs, Blois a longtemps été la bête noire des Nancéiens mais après six défaites consécutives face à leur adversaire, le SLUC est parvenu à l’emporter deux fois au Jeu de Paume la saison dernière, en quart de finale de Leader’s Cup et lors d’une dernière journée sans importance. Le signe indien était brisé !

Cette saison, après un départ tonitruant (4 victoires de rang), Blois connait un sérieux coup de mou. Depuis la blessure de leur maître à jouer, Tyren Johnson (19,7 d’évaluation), les protégés de Mickaël Hay éprouvent des difficultés eux qui viennent d’enregistrer une quatrième défaite consécutive, vendredi dernier, face à Nantes (56-68). La troisième de suite à domicile après Chalon (70-85) et Saint-Quentin (69-87). Une période difficile mais pas inquiétante, car il voit le retour de Mbaye Ndiaye et l’intégration d’un nouveau jour. 
C’est bien évidemment le quotidien « logique » d’une équipe qui voit son meilleur joueur être mis au repos forcé… demandez au SLUC l’an passé…

Thomas Cornely (11,3 points, 4,6 rebonds et 6,3 passes) assure cependant qu’ils ne vont pas baisser la tête, la confiance peut d’ailleurs revenir très vite comme elle est partie… Cela passera par plus de rigueur en défense. Avec le retour de blessure de Mbaye Ndiaye (13 points et 5 rebonds face à Nantes) et l’intégration de Jamar Abrams (le pigiste de Tyren Johnson), l’ADA espère bien redresser la barre et sortir Nancy de la Leader’s Cup, pour montrer à son public qu’il faudra encore compter cette saison sur l’Abeille des Aydes.

NANCY doit confirmer

On attendait les Nancéiens au tournant après les déceptions face à Denain et l’Alliance Gries-Souffel. Avec la réaction et la victoire à Saint-Quentin, les Couguars ont montré leur détermination et confirmé leurs ambitions. 

La victoire s’est construite grâce à une grosse défense et une belle présence aux rebonds, le travail effectué dans ces domaines a payé. Il reste encore à faire au niveau constance et régularité. Certains joueurs doivent apporter plus et l’apport du banc doit être encore plus efficace (19 points seulement face au SQBB dont 11 pour le seul Antony Labanca).

Face à des Blésois remontés et désireux de démarrer un nouveau cycle, les partenaires de Mérédis Houmounou s’attendent à un sacré combat. Les Nancéiens seraient d’ailleurs bien inspirés de profiter de l’occasion pour gagner en confiance et préserver leurs chances pour le match retour à Gentilly le 18 janvier. Une petite semaine seulement après avoir reçu Blois pour le compte du championnat et trois jours après un déplacement à Chalon !

Vous avez dit, un calendrier démentiel ?

GO SLUC

MC