GRAVELINES MAINTIENT LE CAP (79-83) !

23.01.2013   //   Actualités du club

01POL20130125NAN079

Légende Photo : Pour le plaisir des yeux des spectateurs, Dwight Buycks (19 points),  le très élégant meneur nordiste, a souvent, pris avec succès les intervalles face à Pope et les nancéiens.
Photo : C2Images

Cette fois ci, Nancy , dans sa salle, n’a pas renversé l’ordre établi.  Gravelines, coleader du championnat, s’est imposé, en effet,  dans un match assez bien maîtrisé (89-73) .

Chacun savait qu’affronter Gravelines en cette fin janvier, n’était pas chose aisée. L’effectif  est  taillé pour jouer les premiers rôles.  Son match,  face au Sluc, a mis en valeur  la profondeur de son banc et les nombreuses solutions ainsi offertes au coach Christian Monschau. “Ils ont un effectif étoffé remarqua Jean Luc Monschau à la fin du match. Leur joueur  Kennedy Winston  (11 points et meilleur scoreur à la mi temps) n’a pas joué une seule seconde durant le second acte. Puis, c’est Juby Johnson, qui prend la relève avec 12 points, ensuite”.

DEUX VICTOIRES PARTOUT

Pour autant, le sluc peut nourrir quelques regrets (35-44 à la pause).  A la 25ème minute, il avait même réduit l’écart à un point (48-49).

Et Gravelines n’a joué, non plus, sur un nuage (17 balles perdues). les 4500 fans présents à Gentilly ont tous relevé un déficit de réussite  en attaque (33 paniers sur 72 shoots pris) et  surtout aux lancers francs (5 sur 15 convertis).  Jean Luc Monschau, n’éluda pas le débat. : “Nous avons fait  notre maximum. (….). Nous allons 15 fois sur la ligne des lancers  francs. Mais avec un petit 5/15 aux lancers francs, la tâche devient, de suite, plus difficile.”

En définitive, cette défaite  là a semblé rappeler quelques images du Sluc à domicile, lors de son début de saison.

Exemple. Les Cougars ont pris 20 shoots de plus (33/72) que leur adversaire du soir sans avoir son adresse (31/53 pour Gravelines, soit 58 %). “Nous avons parfois , en effet, manqué de réussite relaya Jean Luc Monschau. Solo n’était pas  dans son meilleur jour. Marcellus, qui a suivi mes consignes de shooter à trois points, habituellement adroit, est resté muet derrière l’arc (0/6 à trois points).”

Pour le BCM Gravelines, Christian Monschau, satisfait du contenu du match de ses hommes,  rappelait que les deux équipes en était à leur 4ème confrontation : 2 victoires/2 défaites. ” Elles se ressemblent  beaucoup mais nous n’avons pas connu leurs pépins physiques. Le Sluc en a souffert ce soir.” Peut être, une autre conclusion  de la soirée…


LE CLUB

Statistiques SLUC – Gravelines

Partager cet article