NICHOLAS POPE : “… ON A BESOIN DE VOUS ! “

16.09.2013   //   Actualités du club, Divers, Flash Infos

NANCY : French friendly Basketball , Nancy (pro A) vs Mons (Belgium)

Après une saison 2012-2013 contrastée, Nicholas POPE revient cette saison avec de nouvelles ambitions.
Photos : C2Images

Jusqu’à la première journée de Pro A (le 5 octobre 2013 contre Nanterre), les joueurs du SLUC Nancy Basket se prêteront au jeu des questions-réponses. Ainsi ils se livreront à travers une interview décalée !

Aujourd’hui c’est au tour de Nicholas Pope (1m96, 29 ans, Poste 3).

Parle nous de ta carrière ?

J’ai grandi en France, où j’ai commencé le basket à l’âge de 6 ans. J’ai intégré à 18 ans l’université d’Oklahoma et ensuite celle d’Atlanta. J’ai fini mon cursus universitaire à 22 ans, à la suite de quoi, j’ai fait mon retour en France à Evreux puis à Gravelines (1 saison), Le Havre (2 saisons), et enfin, le SLUC Nancy( 2ème saison).

Quel est ton style de jeu ?

Je n’ai pas de style de jeu précis. Je suis un poste 2-3 plutôt complet. J’aime shooter et faire jouer mes coéquipiers.

Quelles sont tes premières impressions depuis la reprise ?

On a un bon groupe, qui se reconstruit à 100%, avec des joueurs qui s’entendent bien, ce qui est difficile à faire quand tu repars de 0. Il y a une bonne alchimie, et l’intensité aux entrainements est excellente, pour l’instant tout est positif.

Quel est ton plus beau souvenir depuis que tu es basketteur professionnel ?

Ma dernière année universitaire à Atlanta. Je jouais avec mes meilleurs amis, tout en sachant qu’on allait être ensemble pour la dernière fois. C’était vraiment quelque chose de spécial et intense.

Avec quelle célébrité aimerais-tu partager un repas ?

Je ne suis pas trop impressionné par les célébrités. Pour moi un repas de famille a plus d’importance à mes yeux.

Ton dernier voyage ?

Aux Caraïbes. C’était cet été, pour ma lune de miel.

Quel pouvoir surnaturel aimerais tu avoir ?

La téléportation. Si tu as besoin de voir autre chose tu te déplaces en un clin d’œil, sans le moindre mouvement et perte de temps.

NANCY : French friendly Basketball , Nancy (pro A) vs Mons (Belgium)
Nicholas Pope (au centre) et Kenny Grant, découvrent leurs nouveaux coéquipiers, lors du match SLUC – MONS (11/09/13)

Quel rêve d’enfant as tu réalisé ?

Mon rêve, était de reproduire ce que mon père a fait… devenir basketteur professionnel.

Un personnage Historique ?

Martin Luther King. Il a fait avancer les choses. Mes parents ont pu vivre et construire quelque chose ensemble. Sans lui, je pense que cela n’aurait jamais pu être possible.

Ton idole ?

Mon père… C’est lui qui m’a donné envie de jouer au basket.
Sinon mon autre idole…c’est Michael Jordan. J’ai regardé des milliers de vidéos sur lui.

Quelle sorte de musique écoutes-tu avant un match ?

J’écoute du Hip-Hop et du Rap US.

As tu déjà fais autre chose que du basket ?

Non, seulement du Basket. J’ai pratiqué beaucoup de sport à l’école comme tout élève, mais en club je n’ai pratiqué que du Basket.
Sinon j’aurai bien voulu faire du Football Américain… J’aime bien l’esprit que dégage ce sport.

Quelle est ton addiction ?

Passer du temps avec ma famille et ma femme.

Si tu n’étais pas joueur de basket professionnel, que serais-tu ?

Je travaillerai pour la Police Scientifique. Je trouve ça vraiment intéressent. Bien sur les séries TV ont joué dans ce sens. Dès lors je me suis toujours dit : “tiens c’est un métier qui m’aurait plu”.

A quel endroit aimerais_tu vivre ?

Aux États-Unis. Dans quel Etat ?…pour l’instant je ne sais pas… J’ai le temps de voir venir.

Quelle est la pire excuse que tu as donné à un coach, après avoir manqué un entrainement ?

Je ne rate et ne manque aucun entrainement. Sinon il m’est arrivé une fois un pépin. J’ai eu un accident de voiture, 5 min avant le début de l’entrainement. C’est la seule fois où je suis arrivé en retard, mais mon excuse était justifiée…. (rires)

Quel joueur contre lequel tu as joué t’a le plus impressionné ?

Josh Smith (Atlanta Hawks/NBA) et Blake Griffin (Los Angeles Clippers/NBA), Pour notre âge à l’époque (19-20 ans), j’ai été impressionné par leurs niveaux athlétiques. Ils étaient déjà largement au-dessus…

Quelle sorte de personne es-tu ?

Je suis une personne calme et posé. J’essaye d’être le plus honnête possible.

Que ressens-tu avant un match ?

Je ne suis pas stressé quand je joue. Il m’arrive parfois, d’être anxieux avant les matches… Je m’explique :  je suis comme impatient à l’idée d’arrivé au coup d’envoi du match. Je veux que ça commence, tu n’attends que ça tout au long de la journée. C’est comme un lycéen avant une épreuve du Bac, il est prêt et il n’attend qu’une chose… y aller à fond.

As tu un projet que tu aimerais finaliser ?

Acheter une voiture à mon père. C’est un projet que je me suis donné quand j’étais plus jeune. Malheureusement, je ne l’ai encore pas concrétisé. J’espère qu’un jour, j’aurai l’opportunité de le faire.

Un mot pour les supporters ?

Merci d’être toujours derrière nous et de venir aussi nombreux. “We need you !” (on a besoin de vous).

Partager cet article