LE MSB DICTE SA LOI (69-77)

9.01.2016   //   Actualités du club, Brèves

D3S_8774

Benjamin Sene n’a pas eu le rayonnement habituel. Il faut dire que McKee veillait au grain.
C2Images

Pour le premier match de l’année 2016, le SLUC Nancy Basket s’est incliné à domicile devant le Mans Sarthe Basket sur le score de 69 à 77. Le Mans est “profilé”  pour jouer le haut du tableau. C’est indéniable.

Le SLUC a pourtant défendu le fer ce soir, il gagné la bataille du rebonds (41 à 30), il a limité le nombres de pertes de balles (11) mais c’est bien Le Mans qui a pris le dessus. Une équipe mancelle qui a pratiqué un basket très fluide et très propre à l’image du trio US : McKee-Lofton-Travis auteur de 47 points.

Privé de son adresse (2/19 à 3 points durant 39 minutes), le SLUC ne pouvait pas rivaliser contre des individualités aussi fortes que ce trio américain, basé sur les lignes arrières.

3  matches de folie à venir !

Les lorrains étaient dans la rencontre jusqu’à 5 minutes de la fin (52-56), mais ont une nouvelle fois “lâcher” au pire moment.
Le coach nancéien le regrettait une énième fois en conférence presse : “ Je pensais que nous pouvions faire la surprise. Notre défense a été meilleure que d’habitude. Ils ont mis des gros tirs par Lofton et McKee. Une nouvelle fois, ce trou d’air à 5min50 de la fin du match nous coûte cher. Ce n’était pourtant pas un mauvais match de mon équipe.
Le Mans est monté petit à petit en pression dans la rencontre. Ils ont su être décisifs dans le money-time.  On s’écroule dans le moment déterminant…
Dans le combat on y est, on gagne la bataille du rebond, on perd 11 ballons, mais nous avons un pourcentage aux tirs famélique.
J’ai essayé de jouer grand puis petit avec Panko en poste 3, mais quand on ne marque pas derrière l’arc, c’est pénalisant.”

Pas le temps de se reposer… le SLUC  enchaine trois matches très importants dans la course au maintien : ” Les
trois matchs qui arrivent qui sont très importants : Dijon / Paris / Rouen. Notre objectif c’est arriver à 12 victoires pour s’en sortir.” avouait Alain Weisz.

LE CLUB

Go SLUC !

 

Partager cet article