FLORENT PIETRUS : ” A nous d’être prêts ! “

25.04.2014   //   Actualités du club, Flash Infos

01C2I20140422NAN034

Photos : C2Images

En cette fin de saison Florent Pietrus éblouit le championnat de France par sa combativité, son abnégation et son envie. Il est en forme et le montre. Il répond à nos questions à quelques heures d’un match contre Cholet, qui pourrait offrir au club du président Christian FRA, un ticket pour les Play-offs.

Florent, depuis un peu plus d’un mois tu es dans une forme resplendissante (11 pts de moyenne 19 d’évaluation de moyenne sur les 4 dernières rencontres). Quel a été le déclic ?
Je n’ai pas eu de déclic spécifique. Je peux l’expliquer par le fait que je me sens mieux physiquement et cela se ressent sur le terrain. Je suis plus agressif qu’en début de saison, en prenant plus de rebonds et en provoquant plus de fautes et mon temps de jeu augmente réellement.
En ce moment, il y a aussi plus de maladresses dans nos tirs longues distances, donc on s’oriente vers le jeu intérieur et j’en bénéficie d’une certaine manière…

Revenons sur le match de samedi contre Paris. Malgré l’absence de Randal Falker, vous avez pris le dessus sur une belle équipe Parisienne. 
Je savais que nous étions capable de battre Paris-Levallois malgré l’absence de dernière minute de Randal. C’est bien entendu une absence importante, mais nous avons tous eu un état d’esprit exemplaire. On s’était dit dans le vestiaire avant la rencontre, qu’il ne fallait pas chercher des excuses, que nous étions 10 guerriers prêt à allez à la guerre. On a joué le coup à fond . Je suis vraiment fier de cette équipe.

Peut-on dire après cette victoire, que le SLUC Nancy Basket retrouve les Playoffs ?
On va attendre avant de parler de qualification pour les Playoffs. Nous sommes dans une situation favorable, mais mathématiquement ce n’est pas fait. A nous d’être prêts samedi contre Cholet et de faire en cas de victoire un très grand pas vers les Playoffs.

Vous aviez composté votre ticket pour la LeadersCup contre… Cholet. Voyez-vous un signe ?
J’espère qu’il y aura un signe en effet. Mais il faudra faire attention, contre une équipe qui va jouer “libérée” pour son dernier match de la saison à domicile. Elle va à coup sur vouloir bien finir devant leur public. Il faut avoir le même état d’esprit que lors de notre match contre le Paris-Levallois.

Comment imaginez-vous la fin de saison ?
Excitante, si on à la chance de pouvoir jouer les Playoffs. On a joué toute la saison pour y accéder. C’est un autre niveau et les états d’esprits changent. Tous les joueurs attendent ça avec impatience.

Dans le vestiaire, on voit un groupe soudé avec de nombreux leaders. C’est une de vos forces cette saison. Mais n’est ce pas trop difficile de cohabiter avec autant de joueurs d’expériences ?
Absolument pas. La mentalité de cette équipe est extraordinaire. On se remet tout le temps en question. On ne s’enflamme jamais lorsque l’on enchaine les séries de victoires, on ne se voit pas plus beau que les autres. C’est une de nos forces cette saison. On a un groupe qui vit bien ensemble et qui communique. On a toujours cette volonté de faire mieux et progresser.

Peut-on parler d’une saison aboutie pour le moment ?
Elle n’est pas encore aboutie. Personne n’aurait parié sur nous en début de saison. On a su faire déjouer les pronostics. Nous sommes ambitieux : on a participé à la DisneyLand LeadersCup, on va jouer une finale de Coupe de France, et nous voulons accéder au Playoffs. La saison ne sera aboutie que si on a la chance de soulever un trophée.

Depuis plusieurs semaines, on n’entend parler d’un éventuel départ du SLUC Nancy Basket en fin de saison. Est-ce toujours d’actualité ?
Je vais couper court à tout ça…Je ne pense absolument pas à ça. J’ai une saison à finir avec Nancy. Je m’investi à 200% pour le club. Je ne vais pas m’attarder sur des rumeurs…parce que ce ne sont que des rumeurs…. Comme je l’ai dit précédemment les choses sérieuses commencent maintenant.

NANCY : French cup Basketball, Nancy vs Dijon“Je m’investi à 200% pour le club”

Propos recueillis par Quentin LOZZIA

Partager cet article