Benjamin Sene : “… Une équipe de bosseurs ! “

6.09.2013   //   Actualités du club, Divers, Flash Infos

NANCY : French friendly Basketball Pro A, Nancy vs Gravelines

Benjamin SENE, ici balle en main, découvre la Pro A cette saison.
Photos: C2Images

Jusqu’à la première journée de Pro A (le 5 octobre 2013 contre Nanterre), les joueurs du SLUC Nancy Basket se prêteront au jeu des questions-réponses. Ainsi ils se livreront à travers une interview décalée !
Aujourd’hui c’est au tour de Benjamin Sene (1m86, Poste 1).

Parle nous de toi ?
Je m’appelle Benjamin Sene je suis français et je suis âgé de 19 ans. J’ai commencé le basket à l’âge de 6 ans à Langon, dans la banlieue de Bordeaux. J’ai intégré à l’age de 14 ans le Pôle Espoir Aquitaine (Mont-de-Marsan) où je suis resté 2 ans. Puis lors des tests d’entrée à l’INSEP (où je n’ai malheureusement pas été conservé) le SLUC Nancy est venu me solliciter. J’avais d’autres propositions de la part de Pau et du Mans, mais je me voyais beaucoup plus au SLUC Nancy, ainsi j’ai accédé au Centre de formation du SLUC à l’âge de 16 ans (2008).

Quel est ton style de jeu ?
Je suis un meneur agressif, j’aime aller au panier. J’ai acquis un bon shoot qui est en progrès constant. J’arrive, à mieux lire le jeu, anticiper où mes coéquipiers vont se déplacer, avoir toujours une seconde d’avance sur les autres. Je travaille énormément mon jeu de meneur, car lorsque je suis arrivé à Nancy en 2008, je n’avais jamais joué en tant que meneur pur. Je jouais beaucoup  arrière ou ailier mais jamais meneur.

Quelles sont tes premières impressions depuis la reprise ?
Je n’ai que de bonnes impressions sur l’équipe pour l’instant. Nous sommes vraiment, une équipe de bosseurs. Je n’ai jamais vu autant de joueurs venir aussi tôt à la salle et repartir aussi tard de l’entraînement. Ça prouve qu’on est une équipe qui a véritablement envie de jouer et de tout donner. Très souvent, même si le coach dit : “Stop les gars, ça suffit pour aujourd’hui”, on finit par une centaine de tirs. Les installations techniques du club sont excellentes pour pouvoir bien récupérer et progresser (machine à shoots, sauna, bains-Jacuzzis…).

Quel est ton plus beau souvenir depuis que tu es basketteur ?
J’ai eu pleins de bons moments dans ma jeune “carrière”, mais je retiens mon tout premier match avec l’Equipe de France. Une super expérience, malgré la défaite en 1/4 de finale de l’Euro. Je n’oublierai jamais ce moment là.

Avec quelle célébrité aimerais-tu partager un repas ?
Kevin Hart sans hésiter. Cet acteur, aussi doué au basket, me fait vraiment rire et passer un moment avec lui pourrait être juste hilarant.

Ton dernier voyage ?
A Dallas cet été. Là aussi j’ai vécu une expérience incroyable. J’y suis allé que pour le BASKET. Il n’y avait que ce mot à la bouche. Pour l’anecdote, j’étais dans le même camp que Jean-Michel (Mipoka).

Quel pouvoir surnaturel aimerais-tu avoir ?
Je ne vais pas innover… mais voler serait vraiment cool, tu fais ce que tu veux de ta vie. Je ne me démarque pas trop avec cette réponse je sais mais j’aimerai ce pouvoir (rires)

Quel rêve d’enfant as-tu réalisé ?
Je n’ai pas encore réalisé mon rêve d’enfant, du moins à moitié. Au début, mon rêve était de jouer au basket à haut niveau, mais je n’ai pas de limite je veux continuer à travailler pour aller encore plus haut, je ne veux plus m’arrêter. C’est pourquoi je n’ai pas encore réalisé mon rêve d’enfant.

NANCY : French friendly Basketball Pro A, Nancy vs Gravelines
Benjamin SENE, acquiert de l’expérience durant la pré-saison

Un personnage Historique ?
Martin Luther King, pour son combat. Sa lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis a  ouvert les esprits.

Ton idole ?
Je n’ai pas d’idole… J’essaye vraiment de m’inspirer de Tony Parker. Ce qu’il fait est impressionnant. C’est un grand joueur, l’un des meilleurs meneurs du monde, voir le meilleur… Lorsque je regarde l’un de ses matches je ne regarde que lui, afin de voir ce qu’il a de plus que les autres.

Quelle sorte de musique écoutes-tu avant un match ?
Je n’ai pas de réelles préférences, mais je dirais le Rap US. Ça me détend et j’entre à ce moment-là dans ma bulle…

As-tu déjà fais autre chose que du basket ?
Oui, j’ai fait du foot. J’aimais vraiment, mais la mentalité des joueurs et des coachs ne me plaisait pas du tout. Donc lorsque j’ai du faire un choix entre le basket et le foot, je n’ai pas hésité une seconde.

Quelle est ton addiction ?
Le Basket évidemment !

Si tu n’étais pas joueur de basket professionnel, que serais-tu ?
Et bien je serai… étudiant maintenant (rires). Sinon je travaillerai dans la comptabilité.

A quel endroit aimerais-tu vivre ?
Chez moi, au Sénégal.

Quelle est la pire excuse que tu as donné à un coach, après avoir manqué un entrainement ?
Je n’ai jamais raté d’entrainement, lorsque je n’étais pas présent c’était prévu à l’avance ou autre…

Quel joueur contre lequel tu as joué t’a le plus impressionné ?
Étant donné ma jeunesse et mon manque d’expérience au plus haut niveau il est trop tôt pour le dire… Reposez-moi cette question en janvier.

Quelle sorte de personne es-tu ?
Je suis un travailleur, j’ai vraiment travailler dur pour arriver à ce que je suis maintenant. Je continuerai à bosser pour avoir aucun regret à la fin de ma carrière. Sinon je suis quelqu’un de très calme et très posé.

As-tu un projet que tu aimerais finaliser ?
Allez le plus haut possible et avoir aucun regret.

Un mot pour les supporters ?
Continuez à venir nombreux nous encourager. On a besoin de vous. On fera notre maximum pour le club et pour vous. On doit remonter la pente et ça on ne peut y arriver seuls.

Partager cet article