Alain Weisz : “avec plus de moyens, le conserver au sein du club serait un plus extraordinaire “

30.09.2015   //   Actualités du club, Brèves

20644428293_762a0b42c2_k

Alain Weisz prodigue les consignes à ses joueurs durant la rencontre amicale contre Dijon
Photos : C2Images

Le technicien marseillais va entamer sa troisième saison sur le banc nancéien. A l’aube d’un nouvel exercice dans le championnat de France, Alain Weisz a accepté de se livrer avant d’affronter Nanterre vendredi soir. Aujourd’hui il revient sur le bilan de son équipe en pré-saison. Entretien.

Alain, vous venez de clôturer votre campagne de matchs amicaux par une victoire sur le Havre (74-71). Quel est votre bilan ?

Tout d’abord le bilan chiffré. Nous avons joué onze matchs avant de nous rendre à Nanterre, et sur ces onze matchs nous en avons gagné six (dont un match de Coupe de France). Celui contre Strasbourg en Coupe de France, reste d’ailleurs notre match le plus sérieux et abouti, qui s’est soldé par une victoire importante. Cela nous permet d’éliminer le tenant du titre et de passer au tour suivant, ou nous rencontrerons St Quentin en 1/8ème de finale.
Sur un plan collectif les matchs de préparation n’ont pas une grande signification, ce sont des rencontres qui ne sont pas préparées, il n’y a eu aucun scooting sur les adversaires
Ces matchs qui se font un peu au hasard, ont pour objectif de permettre aux joueurs d’assimiler le travail tactique fait pendant la semaine. Les equipes qui brillent en préparation sont souvent celles qui n’ont pas fait de préparation physique. Nous avons fait une préparation physique un peu plus originale, puisque nous avons inclu des séances de boxe, encadrées par un entraineur national. Nous avons également fait des test psychologiques, physiologiques et bio-mécaniques qui ont été réalisés par les chercheurs-enseignants de la faculté de Aix Marseille. Ceci devrait nous permettre d’avoir à disposition des données pour toute l’année et de nous offrir un axe de travail pour chaque joueur. Un travail d’individualisation de l’entrainement.

“De nombreuses bonnes équipes ne vont pas atteindre cet objectif malgré tout. Il faut être réaliste, tout sera difficile”

Pendant l’année il y a un lissage du niveau et que meme une équipe qu’on aurait battu de 20 points peut nous poser des problèmes en match officiel… et inversement.
Il nous est arrivé de prendre une bonne doudoune contre Paris, c’est un match que le PL a joué à fond et que nous n’avons pas été capables de jouer par un manque de fraîcheur suite à notre stage à Marseille et la rencontre de la veille contre Nanterre. On ne peut pas tirer de conclusions par rapport à ce match. Je me tiens toujours à cet adage de Pierre Seillant qui disait ” les matchs amicaux il faut qu’ils soient ni trop bons ni trop mauvais”, donc on est dans ce cadre là.
Sur le plan Individuel, nous avons recruté quatre joueurs qui n’ont jamais joué en France (Derek Raivio, Andy Panko, Javon McCrea et James Bell). Il a fallu les découvrir au fur et à mesure du temps. Connaitre les joueurs pour les recruter c’est une chose mais les coacher c’en est une autre. C’est une science plus sensible et plus fine qu’on obtient avec le contact quotidien.
Mais je suis satisfait des nouveaux joueurs. Les uns et les autres apportent ce que je pouvais imaginer. On ne peut cependant pas savoir ce qu’il va en être en match officiel. Désormais nous allons etre scruté, commenté, critiqué, et je ne sais pas comment les joueurs vont réagir, c’est un élement très important à prendre en compte. Ce sont ces éléments qui peuvent faire naitre une équipe … ou pas.
Il faut noter également que notre préparation a été perturbée par les absences de Randal Falker (remplacé par Javon McCrea) et de Florent Pietrus (remplacé par Victor Samnick). L’équipe a été construite par rapport aux aptitudes défensives de Randal et Florent. Il n’y a pas eu la même complémentarité avec les joueurs qui les ont remplacé.
Mais on a pu voir à quel point McCrea est un joueur de grande qualité, et qu’avec plus de moyens, le conserver au sein du club serait un plus extraordinaire pour cette saison.

Vous évoquez justement le manque de moyens, pour pouvoir conserver Javon McCrea. Cependant, vous disposez déjà de 5 joueurs non formés localement. La nouvelle vient de tomber les effectifs en Pro A peuvent disposer pour la saison 2016-2017 de six NJFL (Joueur Non Formé Localement), êtes-vous pour cette réforme ?

C’est une règlementation européenne, elle va vers le sens d’une ouverture totale. Je trouve que c’est équilibré, parce que l’on s’est aperçu qu’en obligeant les clubs à avoir cinq JFL sur 10 le prix des JFL etait souvent exhorbitant par rapport aux NJFL. Cela dissuade parfois les clubs de prendre les joueurs français de valeur car le prix sont trop élevés. Aujourd’hui il y a malheureusement beaucoup de joueurs au chômage justement parce que les prix n’ont pas baissé. Certains joueurs préfèrent toucher leurs indemnités “pôle emploi” plutôt que de baisser leur prix. C’est un effet secondaire qu’il fallait éradiquer. Vu le niveau de la Pro A qui est très élevé et le nombre de JFL susceptibles de jouer à ce niveau là, je pense que c’est plus équilibré de faire de cette manière.

Qu’en est-il de l’état de forme de Randal Falker ?

Il m’est impossible de vous donner une date pour un retour de Randal. Le joueur a repris tous les exercices d’échauffement avec ses partenaires. Il n’a pas encore été autorisé à reprendre l’opposition par le corps médical. Il reprendra l’entrainement collectif lundi et j’espère que les choses évolueront rapidement par la suite. Le plus dur c’est de reprendre et voir comment le genou va réagir. Cela-dit, il aura eu 5 mois d’arrêt. On ne revient pas d’une période comme cela facilement. Il lui faudra un certain temps pour se remettre en forme et retrouver le niveau de la Pro A tout en redevenant dominant, ce qu’a été Randal les deux dernières saisons.

VITTEL : Sluc Nancy Basket, tournoi de Vittel
Suite et fin demain…

 

Partager cet article