Toutes les actualités du SLUC

L’arrière américain Taqwa Pineiro a récité ce soir son basket (27 points) !
Photo : ELAN Pau Lacq Orthez.

Le SLUC Nancy Basket s’est logiquement incliné sur le parquet de L’Elan Bearnais, sur le score de 61 à 100.
Cette lourde défaite clôt quasiment le sort des lorrains en Pro A.
A moins d’un miracle, le SLUC évoluera la saison prochaine en Pro B.

Pris à la gorge dés le début de match par des Palois chauffés à blanc, à l’image de Pineiro (27 points) et Cooper (12 points, 5 rebonds, 18 passes décisives), le SLUC ne jouait pas à armes égales.
Adroit, dur en défense, volontaire, le tout orchestré par un maestro comme DJ Cooper, le SLUC n’en menait pas large face à ce Pau là !
Malgré un bref retour au score en début de seconde période (-9 ), le SLUC n’a fait qu’illusion avant de faire pschitt sous les banderilles 3 points de Pineiro (7/11) et aux pénétrations de Robinson (20 points, 5 rebonds).

A moins d’un miracle…

La suite ne fut qu’un long « chemin de croix » pour les lorrains qui n’arrivaient plus à produire son basket.

Désormais pour se sauver, le SLUC Nancy Basket devra remporter ses trois prochaines rencontres (reçoit Le Mans, et Toulon et se déplacera à Monaco) en reprenant le panier average sur le HTV lors de la dernière journée… Le HTV ne devra de son côté remporter aucune victoire.
Une bien mince affaire…

Les déclas d’après-match :

B. Sene : « DJ Cooper a déroulé, il a fait ce qu’il voulait.
Nous avons laissé jouer Cooper, on aurait pu le dérager mais nous étions incapables de le faire…
Il nous reste encore un chance mais l’attitude n’était clairement pas bonne. Notre manque d’agressivité explique clairement notre défaite. Il faut montrer un autre visage et montrer une vraie réaction d’orgueil dés mardi à domicile.

Greg Beugnot : « Ce soir personne n’a voulu faire les efforts pour l’autre. En face Pau était appliqué, volontaire, a récité son basket… et tout était bien exécuté… La différence s’est clairement vue entre les deux équipes. Pau a fait ce soir une prestation qui était splendide. C’est une vraie équipe qui joue du beau basket.

Le choc à l’intérieur entre Elton Brown et Vitales Chiikoko sera à suivre. Un gros combat en perspective !
Photo : C2Images

Relégué à trois victoires du premier non relégable à 4 journées de la fin, le SLUC se déplace sur le parquet de Pau pour continuer à y croire.

Mais la tâche s’annonce d’ores et déjà très difficile.
Défait seulement à une seule reprise dans sa salle cette saison, l’Elan Béarnais, est intraitable à domicile.
Aux commandes de cette équipe, le fantasque meneur américain DJ Cooper, le probable MVP de la Pro A. Altruiste avec 10, 7 passes décisives et scoreur avec 13,8 points de moyenne, il dicte le jeu et met en parfaite condition ses coéquipiers tel Alain Koffi, Vitalis Chikoko, Jean-Michel Mipoka, Taqwa Pineiro etc…
Le coach Palois, Eric Barthecheky, a réussi à composer une équipe complémentaire et très talentueuse. Solide cinquième avec 20 victoires pour 10 défaites, l’Elan va retrouver pour la deuxième année consécutive les Playoffs.
S’il n’avait pas eu autant de blessés peut-être que le classement aurait été tout autre. Qui sait ?

Pour le SLUC, de nouveau amoindri par les pépins physiques de : Demond Mallet, Benjamin Sene, Abdou Mbaye et Dario Hunt, il faudra être solidaire, costaud en défense et en réussite aux tirs pour tenter de contrer l’équipe paloise.
Une mission plus que périlleuse.

Une victoire est indispensable ce soir.
Comme un ultime espoir…

Go SLUC

Présent au rendez-vous malgré sa blessure, Benjamin Sene (11pts, 2 pds, 2 rbds) n’a rien pu faire pour contrer Jerrel Blassingame et les Sharks d’Antibes, et remporter une précieuse victoire !
Photo : C2Images

La première mi-temps avait déjà donné une idée de l’âpreté du combat (38-40).
Durant le 1er QT, Jonathan Jeanne, par deux fois à 3 points, avait allumé la mèche. Le SLUC était animé de bonnes intentions, mais accusait trop de ballons perdus (9).
Au fil des minutes, l’enjeu rattrapa évidemment les deux formations, et c’est le meneur américain des Sharks, Jerrel Blassingame (15 pts, 6 rbds, 11 pds), qui prit les choses en mains.
A ce jeu là, Antibes tira son épingle du jeu de la pression ambiante. Le 3ème quart-temps fut un moment difficile pour les Couguars (16-24).
Du jeu rapide, des paniers intérieurs, et une supériorité physique à l’impact profitèrent à Antibes.

Le SLUC laisse passer sa chance

Le mérite des lorrains fut de ne pas renoncer. A la 35ème minute, suite à un passage en zone, le SLUC eut 5 ballons pour revenir à une possession (67-71)… en vain.

Les choses deviennent désormais compliquées pour le SLUC.
La soirée n’a pas été bonne en effet. En perdant à Antibes, le SLUC laisse son adversaire du soir à 10 victoires. La victoire du CCRB devant Orléans ne fait pas non plus les affaires des Couguars… A 4 journées de la fin, le CCRB compte 10 victoires contre 7 pour le SLUC…
Les chances de se maintenir sont désormais infimes.

Les déclas d’après-match :

Elton Brown : “On ne peut pas se sentir bien après une défaite, surtout ce soir… C’est un match que nous pouvions sincèrement gagner. Antibes a joué dur en défense au retour des vestiaires. On a eu le mérite de rester dans la rencontre après notre 3ème QT, mais ce n’était pas suffisant pour gagner le match. Longtemps nous avons eu la chance de prendre les commandes de la rencontre, mais avec 16 ballons perdus et en manquant des shoots faciles… ça devient compliqué.
Nous devons croire encore en nous.”

Gregor Beugnot : “Ce résultat résume notre saison. Cette équipe est comme ça… On peut avoir des travers… On est dans la souffrance, dans la densité physique. On compense trop à certains postes, d’où un manque de constance des deux côtés du terrain. Dans toutes les périodes où nous sommes en difficultés, c’est expliqué par notre manque de constance.
Mallet a une blessure musculaire au mollet… on a des absences criantes. Quand nous n’avons pas la rentabilité immédiate de nos efforts ça devient dur…”

Statistiques de la rencontre : Sharks d’Antilles / SLUC Nancy Basket

Le SLUC Nancy Basket se déplace sur le parquet des Sharks d’Antibes ce mardi 02 Mai (20h30), pour continuer de croire au maintien !

Après un succès sur le terrain de Gravelines, et une défaite “encourageante” mardi dernier contre l’ASVEL, le SLUC a montré un excellent état d’esprit et d’équipe, et veut être prêt pour le sprint final.
Un sprint final de 5 matches en 15 jours, qui commence dés mardi à l’occasion d’un déplacement à haut risque.
Car en cas de défaite le SLUC se retrouverait en très mauvaise posture à 4 matches du terme de la saison… En cas de victoire par contre tout resterait possible, d’autant plus que dans le même temps Châlons-Reims accueillera Orléans.

Une rencontre importante contre un concurrent direct, qui l’avait emporté dans les dernières secondes à l’aller… lors du premier match de Greg Beugnot !
Depuis, beaucoup de choses ont changé. Antibes est redevenu redoutable depuis l’arrivée du meneur américain, Jerrel Blassingame tandis que le SLUC, malgré les blessures montrent un état d’esprit irréprochable et des choses intéressantes !

Toujours handicapé  par une blessure au mollet, Dario Hunt est incertain. De son côté, Jonathan Jeanne, sorti sur blessure contre l’ASVEL, continue de soigner sa cheville. Il devrait néanmoins tenir sa place mardi.

L’équipe rejoindra Antibes le lundi 01 mai en début de matinée et s’entrainera à l’AzurArena dans la soirée.

#GoSLUC

 

Le SLUC et l’ASVEL ont livré un véritable mano à mano pendant 40 minutes. Une vraie course de fond qui a fini par sourire à Kahudi ici face à Alex Urtasun.
Photo : C2Images

Il ne faut pas se tromper . Certes le SLUC a connu la défaite ce mardi soir à Jean Weille contre le champion de France en titre l’Asvel  (77-85)  mais  la “casse”  est moindre. Ses adversaires directs pour le maintien en pro A : Chalons-Reims (16ème  ; 9 victoires) et Orléans (18ème 8 victoires) ont été  respectivement battus par Cholet et par Paris pour le second nommé. En attendant le duel crucial à Antibes (9 victoires et un match en moins)  le 2 mai  prochain, c’est désormais  un “match à trois, voire à quatre”  qui se joue pour le maintien. Autrement dit 4 clubs concernés pour deux tickets en Pro A et deux rétrogradations en Pro B pour l’an prochain. Tout reste possible pour le SLUC sur les 5 derniers matches mais il faudra  gagner à Antibes…

Gregor Beugnot l’a dit lui même  en conférence de presse. ” Sur le match, au niveau de l’investissement et de  la volonté, je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Dans le coaching, nous n’avons pas assez de rotations ( Benjamin Séné souffre d’une pubalgie  et Jonathan  Jeanne du pied). Face à l’ Asvel, dont l’objectif était de nous user sur la durée, nous n’avons pas baissé la tête. Si nous rééditons ce genre de match nous  pouvons  accrocher encore des matches.Il faut de la croyance ..”

Dans un match “tenu” ( 11/29 pour les deux équipes à trois points !),  ou le Sluc n’a jamais lâché  ( mi temps 36/37),  l’un des tournants aura peut être été  un “lay up” manqué  de peu  par Marc Trasolini à 72/76, la balle ressortant du cercle,  immédiatement sanctionné , l’action suivante, par un  trois points  réussi de Casper Ware, devant le banc du Sluc.

OBJECTIF PLAY OFF POUR L ASVEL

” Je craignais la trêve du week end dernier. Avec une perte toujours possible de rythme et d’intensité. Nous avions l’obligation  de gagner  pour aller en Play Off. On a mieux gérer la seconde mi temps ou nous nous avons pris des rebonds et  ramassé les ballons qui trainaient. Il  faut être prêt  à aller à la bataille dans ces circonstances. Casper Ware s’est bien rattrapé sur le second  acte. En seconde lame  offensive, derrière l’arc,  c’est bien…”

Car évidemment l’ Asvel a une profondeur de banc que le SLUC ne possède pas. Cet avantage ajouté à la  “contestation défensive” qui  caractérise ses joueurs  ont fini par être des obstacles rédhibitoires pour les Nancéiens. C’est dommage mais il n ‘y pas de honte  à tomber contre  plus “armé” que  soi.

Statistiques de la rencontre : SLUC Nancy Basket / ASVEL Lyon VIlleurbanne.

LE CLUB

 

Ainsi va la vie du SLUC cette saison. Après une défaite de 32 points à Gentilly devant Chalon-sur-Saône, les Couguars ont relevé la tête dans le Nord.

Samedi 15 avril, chez le 7e Gravelines, Brown et les siens n’ont jamais lâché le morceau au cours d’un match qui s’est joué dans le money time. Cette fois-ci, la réussite avait clairement choisi son camp : 12/27 à 3 points pour le SLUC contre 4/22 pour le BCM de Christian Monschau. Dans cet exercice, Demond Mallet n’a pas flanché (17 pts et 5/6 aux shoots longue distance). Un des artisans du succès nancéien avec Elton Brown. Le pivot US qui a joué tout le match a pesé sur la rencontre avec ses 12 points, ses 17 rebonds et ses 7 passes décisives. Un point d’ancrage efficace, rarement vu ces derniers mois dans la raquette lorraine. Rush, Trasolini, Ere et Sene ont aussi bien alimenté la marque.

En Face, Kyle Gibson (20 pts et 3e meilleur marqueur du championnat) était un peu esseulé, même si l’intérieur Richard Solomon n’a pas ménagé sa peine (13 pts et 12 rbds).

Bilan équilibré pour l’ASVEL

Mardi soir, les Couguars vont défier le champion de France en titre (14 victoires – 14 défaites). Une formation de Lyon-Villeurbanne sur courant alternatif depuis la phase retour. Il est vrai que les blessures ne l’ont pas épargnée. Il y a 8 jours, les hommes de JD Jackson s’en sont sortis sur le fil devant Dijon, grâce à un panier primé de Walter Hodge. Le meneur originaire de Porto Rico sera à surveiller de près… comme Capser Ware, DeMarcus Nelson, David Andersen, Charles Kahudi ou Darryl Watkins. On n’oubliera pas Livio Jean-Charles, jeune joueur plein de promesses et de talent. Ni Bandja Sy qui a porté le maillot du SLUC entre 2014 et 2016. Attention à ses envolées !

L’ASVEL veut conserver son titre. Elle a en tout cas mis les moyens pour y parvenir. La formation de JD Jackson, véritable armada, est à portée de vue des play-offs.

Il reste six matches à disputer. En cas de victoire, les Couguars continueraient à entretenir l’espoir.
D’autant que la semaine prochaine se profile un capital Antibes – SLUC.
Si Trasolini & Co font le boulot, l’avenir de Nancy en Pro A pourrait alors se jouer en grande partie sur les rives de la Côte d’Azur. Même si ensuite, il faudra encore croiser la route de Pau, Le Mans, Monaco et Hyères-Toulon.

 

Let’s go SLUC !

Page 2 sur 14712345102030Dernière page »