Toutes les actualités du SLUC

Malgré son entorse à la cheville contracté lundi dernier, Brion Rush a tenu à participer à la rencontre  (22 points, 2 rebonds, 2 passes).
Photo : C2images

Au moins, le SLUC  aura quelque peu effacé les mauvaises images de son match raté contre Paris-Levallois de lundi dernier. Certes, les coéquipiers de Brion Rush (22 points) n’ont pas remporté le Derby du Grand Est face à Strasbourg (71-80),  mais leur prestation  aura été correcte  devant plus de  5 300 fans, notamment durant le dernier quart temps ou l’écart  de retard passa de  – 22 à – 8…

Pour le reste de l’analyse,… les mêmes maux  auront produit les mêmes effets.  Le Sluc a d’abord eu ,  du mal  à démarrer la rencontre  et à se défaire de l’intensité Strasbourg, témoin ses temps de passage  lors des trois premiers quart temps  : 13-23 à la 10ème minute, puis  35 -52 à la mi- temps et 50 à 70 à la 30ème minute.  Ce qui expliqua très bien  coach Beugnot  en press-room : ” J’ai une équipe qui est en réaction  et pas assez en anticipation. Nous avons eu une bonne attitude  dans le 4ème mais nous n’avons pas assez de constance auparavant. Mais bon…ce n’est pas contre Strasbourg, non plus.. que nous jouons notre championnat… ”

COLLET PAS TOTALEMENT  SATISFAIT

Ensuite et  par ailleurs, le Sluc aura encore souffert d’un déficit chronique aux rebonds ( 30 à 41 rebonds pour la SIG dont 20 prises offensives). ” C’est criard et pourtant, on bosse cela à l’entrainement”  confirma sans fard Greg Beugnot.

Au final, l’effectif qualitatif strasbourgeois  et son jeu plus léché  (23 passes décisives  contre 13 pour le sluc) auront, aussi, fait  la différence. Sans pour autant contenter  … Vincent Collet ! ” Je retiens surtout la victoire. Nancy voulait réagir.  Je suis content  de notre prestation défensive  lors des 3ers quart temps malgré un pitoyable 9/20 aux lancers francs. Malgré tout, quand on se fait  rejoindre à la fin, nous ne faisons pas preuve d’une grande sérénité. Nous ne sommes pas guéris. En fait,  nous progressons légèrement.  Pour la suite, nous verrons bien …’”

L’horizon n’est pas le même pour Greg Beugnot.  Les trois prochains matches du SLUC seront  cruciaux : Cholet dans les Mauges, Dijon à la maison et Orléans en déplacement ! Point positif : les fans  seront, ainsi, fixés rapidement  quant à la Pro A ou la Pro B, soit le 25 mars au plus tard.

 Statistiques de la rencontre : SLUC Nancy Basket / SIG Strasbourg

LE CLUB

 

 

 

Après la claque du Portel, les fans espéraient une réaction contre le Paris-Levallois de Fred Fauthoux.
Après avoir tenu tête aux Franciliens dans le premier quart temps (18 – 16), les Couguars ont fini par craquer…A l’arrivée, une déconvenue (59 – 78). Nancy pointe toujours à la dernière place avec 4 petites victoires au compteur.

Contre Paris-Levallois, Marc Trasoloni a rendu une copie propre en attaque (19 pts à 7 / 9 aux shoots mais aussi
7 rebonds pour 26 d’évaluation). Alex Urtasun a essayé également de secouer le cocotier (14 pts et 7 rbds). 
En face, Louis Labeyrie s’est régalé (17 pts et 17 rbds), comme Landing Sane ou Vincent Poirier.

La SIG, solide 6eme.

Après un début de saison compliqué, les Strasbourgeois retrouvent leur rythme de croisière.
Cela est dû en grande partie à un homme, le sélectionneur de l’Equipe de France, Vincent Collet. 
Depuis son retour sur le banc, la SIG est redevenue intraitable et coach Collet a redonné confiance en ses joueurs.

Le SLUC accueille donc une formation de Strasbourg bien en place, misant sur de fortes individualités répondant parfaitement aux attentes du coach : de Mouhammadou Jaiteh à Paul Lacombe, d’AJ Slaughter à Romeo Travis,
du jeune et talentueux Frank Ntilikina à Erving Walker ou encore Jérémy Leloup & co…

Pour les hommes de Greg Beugnot, la tâche s’annonce ardue. Le public, lui, aimerait que ce match sente le souffre d’un derby de l’Est.
Après deux grosses claques, les joueurs savent désormais ce qu’il leur reste à faire : activer le mode combat.

Ils avaient si bien réussi à le faire contre Monaco en début de saison… pourquoi pas rééditer
cette performance ?

Tant qu’il y a des matches… il y a de l’espoir !

#GoSLUC

Après la déconvenue lundi dernier contre le Paris-Levallois, le Président du SLUC Nancy Basket, Marc Barbé, fait le point.
Entretien :

Président, que ressentez-vous après le dernier match contre le Paris- Levallois ?

Nous ressentons, les coaches et moi-même, beaucoup de déception.
Nous espérions que les arrivées des nouveaux joueurs allaient apporter un vrai plus sur le terrain et changer l’état d’esprit de l’équipe. Visiblement ce n’est pas le cas lorsque l’on s’arrête sur les deux derniers matches (Le Portel et Paris Levallois)… Au-delà de la défaite, c’est la manière qui me dérange terriblement.
En tant que Président du club, je suis désolé pour le public qui est venu une nouvelle fois nombreux (4975 spectateurs) nous encourager… un lundi soir. Le niveau de jeu proposé par l’équipe est nettement insuffisant par rapport à nos attentes à tous.

Avez-vous vu les joueurs depuis ?

Oui je suis allé dans le vestiaire à la fin du match. J’ai bien fait comprendre aux joueurs que leur « non-match » de lundi était honteux et décevant et que j’attendais une réelle réaction ce soir contre Strasbourg.
Certains d’entre eux n’ont pas le droit de montrer si peu d’envie et d’agressivité dans une mission aussi périlleuse que la nôtre.
Si nous voulons réussir cet objectif, l’équipe doit prédominer et non l’individualité. L’implication de tous doit être totale.

Les  chances de se maintenir semblent diminués de jour en jour ? L’opération maintien est-elle encore réalisable ?

Bien sûr que oui !
S’il y a une réelle prise de conscience de certains de nos joueurs qui ne sont pas du tout au niveau actuellement, on peut le faire !
Le mois de Mars va être vital. Les quatre matches qui arrivent sont cruciaux dans notre opération maintien. (Réceptions de Strasbourg et Dijon ; Déplacements à Cholet et Orléans).
Pour le moment rien n’est fini. Il reste des matches et des exploits à aller chercher.

Justement, le mois de Mars commence par la réception de Strasbourg. Un match difficile…

Sur un match tout peut se passer, on le sait… d’autant plus dans un derby !
Strasbourg c’est le top niveau du basket français. Elle a un effectif très riche et part largement favori.
Il est dont impératif que l’équipe hausse son niveau de jeu. L’absence de Brion Rush est dommageable, mais si l’équipe active le « mode combat », alors tout est possible !

Propos recueillis par Quentin LOZZIA

Retour en photos sur la rencontre : SLUC Nancy Basket / Paris Levallois du 27 février 2017.

Crédit images : SLUC Nancy Basket

Face à Louis Labeyrie et au PL, Marc Trasolini a donné le change (19 pts, 7 rbds).
Photo : C2Images

Devant les caméras de SFR,  le SLUC s’est abîmé  dans les grandes largeurs  lundi soir contre le  “Paris-Levallois” de Fred Fauthoux (59-68).  Hormis le premier quart temps (18-16),  les Nancéiens ont été absents. ” C’est notre plus mauvais match de l’année. Nous avons baissé les bras. La salle  était froide mais nous devons faire le boulot pour que les fans nous suivent..” En conférence de presse d’après match,  les mots d’ Alex Urtasun ont  paru sonné le glas des espoirs  de maintien  du SLUC  en Pro A. La situation est compliquée

A l’inverse, Paris  aura fait le job dans tous les domaines (55 rebonds  à 37 pour les visiteurs), comme porté  par une dynamique d’une formation qui vise une qualification en play off. ” Nous voulions user Nancy  sur 40 minutes analysait Fred Fauthoux sitôt le match terminé. C’est une équipe presque neuve et nous savions qu’elle n’allait peut  pas être cohérente sur 40 minutes. Tenir notre rebond comme nous l’avons fait est une satisfaction. Voir, ensuite, l’investissement  de tous mes joueurs  en est une autre.”..

Les  5000 fans présents pourraient également ajouter la qualité des efforts défensifs déployés par les parisiens.  “Il fallait que être vigilant. Nancy  a de bons joueurs et  avait eu 15 jours pour préparer le match. Mais limiter cette équipe à 60 points c’est bien “  confirma Rémi Lesca l’un des meneurs parisiens (44-61  à la 30 ème minute).

STRASBOURG CE SAMEDI !

Le plan  a donc parfaitement réussi. le Sluc s’est cassé les dents sur la défense parisienne ( 18 paniers sur 67 tirs  contre  30 paniers sur …67 tirs pour les franciliens). Toutes ces informations n’ont pas échappé  à Greg Beugnot,  L’ apport du banc  du SLUC a été famélique (- 7 d’évaluation).  ” Je fais le même constat que le public déclara le coach lorrain. Ce qui me dérange, c’est l’attitude et l’investissement de certains. On attend que l’équipe se révolte.Si nous reproduisons  un tel match contre Strasbourg, samedi prochain, nous allons prendre autre doudoune…”. Le ton est donné. Strasbourg qui joue sa qualification en play off  arrive  en effet lancé. Après  cette autre épreuve, il restera 12 matches de championnat…

Statistiques de la rencontre : SLUC Nancy Basket / Paris Levallois

Le CLUB

 

 

 

 

 

La victoire contre Châlons-Reims, le 4 février dernier, a mis du baume au cœur à tout le monde : l’équipe, les dirigeants, les sponsors et bien sûr le public !
Contre des Champenois venus pour l’emporter, les Couguars ont su faire preuve d’abnégation, ont su limiter les erreurs (7 pertes de balle seulement) pour rafler la mise et entretenir l’espoir du maintien (89 – 80).

Une semaine plus tard, dans le Chaudron du Portel, tout a été rayé à coups de tirs à 3 points d’un Gary Chathuant sur un nuage, comme toute son équipe. Le SLUC n’a pu réaliser un exploit contre le promu portelois porté par son chaud public (98-64) !

Paris Levallois bien placé pour les Play-offs !

Dix-sept jours plus tard le SLUC Nancy Basket retrouve le terrain.
Lundi soir, c’est le Paris-Levallois qui déboule à Gentilly. Après un été un peu « perturbé », le PL a su faire taire les plus sceptiques en réalisant une excellente première partie de saison. Bien installés dans le Top 8 de la Pro A et jouant la DisneyLand LeadersCup, les Parisiens crèvent l’écran avec une équipe magnifiquement construite, qui allie jeunesse et expérience.

Entre la raquette française dominante – Vincent Poirier, Louis Labeyrie – les extérieurs  Tyler Harris, Rémi Lesca et Cyrille Eliezer Vannerot, entourés des expérimentés et excellents Jason Rich, Louis Campbell, Maleye Ndoye, Landing Sané… le coach Frédéric Fauthoux possède un effectif de grande qualité qui peut lui permettre d’atteindre les playoffs.

Avec un bilan de 11 victoires pour 8 défaites et une sixième place au classement, le PL est bien placé pour atteindre cet objectif.

La partie de lundi soir ne s’annonce pas facile pour les Couguars… et un succès est inévitable pour continuer à croire au maintien.

Messieurs, vous n’avez plus le choix.

Supporters, partenaires, mettons nos états d’âme de côté et ensemble donnons de la voix pour nos joueurs pendant les 40 minutes de jeu.
Ils ont besoin de vous !

#GoSLUC

* « Fais ou meurs »

Page 2 sur 14312345102030Dernière page »