Toutes les actualités du SLUC

Contre Orléans, Randal Falker a jouer les “lessiveuses” dans la raquette  (18pts, 14 rbds !!!), mais lui et ses coéquipiers ne sont, toujours, pas récompensés…
Photo : C2Images

” Au bout de la nuit”,  après deux prolongations (81-81 puis 90-90), le SLUC Nancy Basket s’est incliné  contre Orléans Loiret Basket sur le score de 92 à 99.

Que c’est dommage… une nouvelle fois. A l’image de la saison 2015-2016, le SLUC pensait tenir une miraculeuse victoire devant son public (+7 à 1min20 du terme de la rencontre). Miraculeuse, compte tenu de l’environnement qui entoure le club actuellement (5  joueurs professionnels sur la feuille de match, 4 blessés) mais, et, Antoine Eito et Kyle McAlarney ont changé la donne sur des tirs venus d’ailleurs, pour arracher – c’est le terme-la première puis la seconde prolongation à l’équipe du Loiret.
A bout de souffle dans l’ultime temps de jeu, le SLUC a cédé sous les tirs des “snipers” Orléanais et des gros rebonds de ses “gros-bras”, les joueurs intérieurs Chevon Troutman et Abdel Sylla.

La frustration- et non la récompense- est venue, au final, impacter un groupe très réduit ( 5 pros et 3 espoirs,) qui a tout donné durant 50 minutes.

Les 4700 fans présents ont aussi cru, comme leurs protégés,  toucher le graal d’une 10 ème victoire  !: “Malgré les résultats, le public continue à venir nous supporter. Ce soir, iles étaient là. C’est une soutien incroyable envers mon groupe. On veut finir avec une victoire contre Nanterre pour eux.” avouait Alain Weisz, digne après la rencontre.

SLUC Nancy / Orléans : Les déclas !

Antoine Eito (Joueur Orléans Loiret Basket) : “Cette équipe n’a jamais lâché de l’année et on l’a encore prouvé ce soir. C’est d’ailleurs notre principale force cette saison. Il y a certes le facteur chance car nous avons réussi des gros tirs. Le and one à 3 points de Marcellus (Sommerville) est important alors que tout le monde pensait le match fini.  Cette équipe a montré beaucoup de caractère ce soir. On le savait que ça n’allait pas être un match simple contre une équipe qui jouait librement. On a d’ailleurs bien senti à la fin de la rencontre qu’ils étaient carbonisés physiquement. C’était un faux match, Nancy à mis le tempo de la rencontre. Le tempo dont ils avaient besoin.”

Pierre Vincent  (Entraineur Orléans Loiret Basket) : ” C’était un match très étonnant. Nous avons été vraiment chanceux ce soir. Ce n’est pas sur la qualité qu’on a gagné. même s’il y a eu de bonnes séquences, mais certaines erreurs auraient pu coûtés plus chers. Nous avons gagné sur l’énergie, on se défonce, on joue ensemble.
Ce soir, nous avons laissé beaucoup de gomme. L’important c’était de montrer qu’on était courageux et combatif. On est chanceux et heureux ce soir.
Nancy nous a beaucoup impacté ce soir, car c’est une équipe très athlétique. Les lorrains ont été courageux.
La rencontre se joue sur trois tirs d’un autre monde. Ils sont allez le chercher ce match tout seul, moi je n’y suis pour rien.”

Alain Weisz : ” Mes joueurs ont une nouvelle fois été exemplaires en combativité, en détermination et en qualité.
On a trouvé un Zach Moss à 30 d’évaluation, avec un match énorme de Randal Falker, mais aussi un Bandja Sy très bon.
Nous sommes frustrés car à deux reprises il doit être gagner ce match, mais il est perdu.
C’est pas faute d’avoir donné comme consignes de faire faute sur la dernière action. Mais je pense que Benjamin avec 4 fautes n’a pas voulu prendre de risque et laisse Eito mettre un gros tirs qui nous envoie en prolongation.
Et puis vient le tir de McAlarney au bout de la première prolongation…
Deux moments déterminants (tirs au buzzer de Eito et McAlarney) qui leurs permettent de rester en vie alors que le match était censé être gagné.
Je n’ai, poiurtant, aucun reproche à faire à mes joueurs. Cette défaite est à l’image de la saison : sept points d’avance à 1min40 de la fin de la rencontre… et on le perd. C’est dommage…
Même sans Andy (Panko), on a tout donné pour le gagner mais à la fin il manque encore quelque chose… Mes joueurs ne sont pas récompensés.
Ils ont fait le maximum. Les joueurs Espoirs nous ont beaucoup aidé dans les rotations !”

Statistiques de la rencontre : SLUC Nancy Basket / Orléans Loiret Basket.

 

Face à l’ogre strasbourgeois samedi dernier, les Couguars ont été admirables. Ils n’ont rien lâché et à 7 contre 10, ils ont même fait passer quelques frissons dans la défense alsacienne quand, à 5 minutes de la fin, ils ont recollé aux basques de Collins and Co.
Les hommes de Vincent Collet ont quand même eu le dernier mot, grâce notamment aux coups de boutoir exercés dans la raquette nancéienne, diminuée par l’absence de Flo Pietrus. Sous l’impulsion de Panko, Sene, Falker et Tchicamboud, le SLUC s’est bien accroché mais le col alsasien était trop dur à franchir.La SIG, calibrée pour terminer championne de France, est aussi finaliste de l’Eurocup. Une référence !
Il y a 3 jours à Gravelines, les Couguars ont là encore donné du fil à retordre à leurs adversaires mais ils ont fini par rendre les armes dans les 3 dernières minutes. Le manque de rotation a bien évidemment pesé lourd dans la balance (absence des frères Piétrus et de James Bell).
Bonne nouvelle de la soirée : le SLUC évoluera encore en Pro A la saison prochaine, en raison de la nouvelle défaite de Rouen ; à quatre journées de la fin, les Normands ne pourront plus dépasser les Lorrains.

L’OLB de Sommerville… et Sylla

Orléans qui se présente samedi soir à Gentilly a assuré rapidement son maintien. L’équipe de Pierre Vincent visait même les play-offs. Malgré quelques coups d’éclat, comme cette victoire obtenue à Chalon le 19 mars dernier, l’OLB a enregistré trop de défaites pour accrocher une place dans le Grand 8. Le 16 avril, l’équipe a même bu la tasse à Limoges, encaissant un cinglant 82 – 45. Nul doute que la formation du Loiret voudra montrer un tout autre visage. Elle en a les moyens avec des joueurs d’expérience comme Kyle McAlarney, David Noel, Darnell Harris ou l’ancien Couguar Marcellus Sommerville qu’il faudra surveiller de près. Le public de Gentilly pourra aussi revoir à l’oeuvre Abdel Kader Sylla. Le Seychellois, passé par la Lorraine entre 2009 et 2013, a ensuite mis le cap sur Pau-Orthez avant de gagner cette saison Orléans où il répond parfaitement aux attentes de Pierre Vincent. Attention aussi à Antoine Eito qui cause toujours bien des tracas à la défense lorraine.

Let’s go SLUC !

Le SLUC Nancy Basket, vous propose pour les deux prochaines rencontres, une offre exceptionnelle.

Pour seulement 25€ (au lieu de 34€), venez assister aux deux dernières rencontres au Palais des Sports Jean Weille(*) :

- SLUC Nancy Basket / Orléans Loiret Basket : Samedi 23 Avril 2016 à 20h00.
- SLUC Nancy Basket / Nanterre 92 : Mardi 10 Mai 2016 à 20h00.

Prix de vente sur la billetterie en ligne : 26,80€ (+TVA)
Prix de vente sur la billetterie sur place : 25,00€

Pack à découvrir ICI

(*) Sous réserve de places disponibles en Catégorie 2.

Benjamin Sene a tout tenté ce soir, mais le BCM de Marcus Dove a fini par prendre le dessus.
Photo : BCM Gravelines

Le SLUC Nancy Basket s’est incliné devant le BCM Gravelines au Sportica, sur le score de 77 à 85 !

Une nouvelle défaite cruelle pour les lorrains, qui ont joué les yeux dans les yeux avec l’armada gravelinoise durant plus de 36 minutes.

Que peut-on reprocher aux joueurs ce soir ? Une nouvelle fois pas grand chose, tant ils ont mis du coeur et de l’envie durant 40 minutes.

Maintien assuré malgré la défaite.

D’ailleurs, à 3 minutes du terme le SLUC n’était mené que de 4 points (77 à 73) et prend un shoot à 3 points, par l’intermédiaire de A.Panko qui tourne autour du cercle…. S’en suit un gros tir à 3 points de Andrew Albicy qui scelle le scénario de la rencontre.

Pourtant, durant une première mi-temps de haut-niveau, les coéquipiers de Steed Tchicamboud avaient mis les ingrédients nécessaires pour faire douter Gravelines (7-0 puis 10-2, puis 23-17 à la fin du 1er QT ). Adresse, rebonds, interceptions…tout y est.
Mais Avec le changement d’intensité défensive aux retours des vestiaires, le BCM est revenu dans la rencontre et a fini par prendre le tempo de la rencontre pour ne plus le lâcher.

Lâchés physiquement dans les derniers secondes, les nancéiens n’avaient plus les jambes pour contrer Andrex Albicy & co. Frustrant.

BCM Gravelines / SLUC Nancy : Les déclas !

Steed Tchicamboud  : Les  balles perdues font mal. On a été dans le match toute la rencontre. Par manque de rotation et de lucidité on est dominé sur la fin. On a donné tout ce qu’on pouvait. C’est très difficile de jouer comme ça, mais on essaie de faire avec. Gravelines était prenable ce soir d’ailleurs comme toutes les équipes contre qui on a joué. mais avec si peu de joueurs ça fait la différence. On est trois à jouer à 40 minutes… et deux espoirs sur la rotation… Le 4eme QT, a fait la différence dans cette rencontre.

Alain Weisz : La fatigue et notre pêché mignon les balles perdues (18 balles perdues) expliquent la défaite ce soir. C’est d’ailleurs le seul domaine que nous perdons… C’est une équipe qu’on a essayé de faire courir afin de gérer le tempo de la rencontre. C’est difficile de perdre ce soir, car on a fait le maximum de ce qu’on pouvait faire.
Ils s’en sont sortis en fin de match par leur changement de pression défensive. Cela a fait la différence. Je tiens à féliciter mes joueurs. C’est très difficile de jouer à 6 joueurs. Ils donnent tout ce qu’ils ont… C’est une certitude. C’est déjà très compliqué de venir gagner ici… alors à 6….
Officiellement on se maintient, mais je ne veux pas m’en féliciter. Les quatre derniers matches on va les jouer à fond !

Prochain rendez-vous dés samedi où les lorrains affronteront au PDS Jean Weille, Orléans Loiret Basket.

#GoSLUC !

Benjamin Sene, qui prend de vitesse ici Jordan Aboudou, tentera de porter les siens comme il le fait depuis 2 matches.
Photo : C2Images

Le SLUC Nancy Basket se déplace ce soir (20h) au Sportica de Gravelines, pour y affronter le BCM pour le compte de la 30ème journée de Pro A.
Une rencontre qui est sur le papier déséquilibrée tant les hommes d’Alain Weisz sont amoindris par les absences (F.Pietrus, M.Pietrus et J.Bell).
Il seront ce soir 8 Couguars à prendre part sur le banc contre 11 côté nordiste… (dont 10 joueurs majeurs)
Mais attention, rien n’est perdu d’avance car le BCM depuis la reprise début janvier éprouve quelques difficultés. En première partie de saison, Gravelines affichait un bilan de 11 victoires pour 3 défaites, désormais le bilan est de 18 victoires pour 11 défaites soit une phase retour de (7 victoires pour 8 défaites).

Un coup de moins bien, au pire des moments, en vue d’une qualification pour les prochains Playoffs ! Car Gravellnes ne possède plus que 2 victoires d’avance sur le 9ème et le 10ème (Dijon est Limoges)… à 5 journées de la fin.
Mais Gravelines a de quoi voir venir, car il possède une véritable armada, conçue pour les Playoffs et le titre. On pense à Marcus Dove, le métronome Andrew Albicy, le polyvalent et combattant Pape Sy, le sérial shooter Steven Gray mais aussi à Graham Brown, Wen Mukubu, Tyrone Brazeltone, JF Morency, Jordan Aboudou… bref du très très lourd.

Après s’être vaillamment battu contre la SIG samedi dernier, les Nancéiens tenteront de résister un maximum temps et de pourquoi pas réaliser quelque chose de grand à la fin des 40 minutes.

Lets’ go guys !

Go SLUC !

Page 2 sur 12112345102030Dernière page »