Toutes les actualités du SLUC

Le SLUC Nancy Basket s’est imposé ce samedi 20 janvier 2017, sur le parquet du PB 86 sur le score de. 83 à 73 ! `

Le début de la rencontre est clairement en faveur de nos Couguars, ce qui oblige le coach de Poitiers à prendre son premier temps mort après 4mn de jeu. Les locaux limitent la casse et les Nancéiens sont devant après le 1er quart temps (17-12).

Le second quart temps est plus difficile, les erreurs défensives sont nombreuses et les fautes tombent sur les joueurs de Greg Beugnot alors que les Poitevins enchaînent derrière la ligne à 3 points et finissent la première mi temps en tête (39-35).

Les cowboys RUSSELL-SHEPHERD

Du retour des vestiaires, le Sluc retrouve sa densité défensive grâce au duo FLORIMONT- CHERY et grignote, progressivement, son retard progressivement malgré le gros match de Kevin HARLEY du côté de Poitiers (22 pts, 6 rebonds).

Il reste 10 minutes à jouer, les Couguars sont devants (62 à 59 ) mais les locaux ne lâchèrent rien. Il fallut attendre les 4 dernières minutes pour que le déclic se produise et mette la tête sous l’eau une vaillante équipe de Poitiers qui lutta avec ses moyens. RUSSELL et SHEPHERD enchaînèrent les 3 points et les pénétrations pour sceller la rencontre (52% de réussite  à 3 points au final pour le Sluc).

Victoire des Nancéiens sur le score de 83 à 73. Prochaine rendez vous, samedi 27 janvier avec un déplacement périlleux sur le parquet de Blois!

 

Statistiques du match : PB 86 / SLUC Nancy Basket 

Le SLUC Nancy Basket se déplace ce samedi 20 janvier, sur le parquet du PB 86 pour le compte de la 15ème journée

Il fait jamais bon jouer à St Eloi quand on est basketteur professionnel.
La salle Poitevine est connue et reconnue pour être bouillante malgré sa “petite taille” car Poitiers est une véritable terre de basket. De très nombreuses équipes, des cadors de Pro A et Pro B se sont si souvent arrachés les cheveux dans la Vienne.

Après avoir alterné le mauvais (défaite contre Roanne), puis le bon (victoire contre Le Havre), le SLUC va tenter d’enchainer et lever les quelques doutes qui planent encore au dessus de sa tête.
De son côté, le PB86 souffre d’un début de saison compliqué. Une quatorzième place, qui ne situe pas le réel niveau de l’équipe. Car l’équipe coachée par Rudy Nelhomme et portée par son jeune crack, Sekou Doumbouya, joue très bien au basket et aurait pu à 4 reprises remporter la victoire…!
Avec 8 victoires pour 6 défaites, ca serait une toute autre histoire…

Les deux dernières rencontres témoignent parfaitement du début de saison. Poitiers affrontait Orléans et Blois (soit les deux premiers du classement). Le PB, dominait menait mais a fini par craquer dans les ultimes minutes de la rencontre… rageant !

Pour le SLUC, il faudra garder en mémoire les bonnes séquences de jeu vues mardi contre le Havre et défendre dur comme fer pour t’enter de remporter un beau succès.
Gregor Beugnot pourra compter sur la totalité de son effectif pour ce déplacement.

Go SLUC

Après avoir plongé samedi dernier  contre Roanne  (47-71),  le SLUC  s’est remis a niveau mardi soir  en contenant  le STB Le Havre à 55 petits points. Ce  9ème succès de la saison (80-55)  en 14 matches consolide la 7ème place au classement  de l’équipe de Gregor Beugnot. Celui-ci en conférence de presse est apparu satisfait du contenu de la prestation de sa formation.

Comme le fit remarquer au coach  le journaliste de l’ Est Républicain, Gilles Gahier,  c’est la première fois en effet  que le ” Sluc finit un match cette saison en étant  confortable. “  Le technicien lorrain confirma : ” Plus que le résultat  c’est, auss,i la manière que je retiens. Elle nous permet d’avoir de la stabilité pour la suite. L’état d’esprit de l’équipe a été positif. J’ai vu aussi  que notre volonté de courir était plus importante que lors du dernier mois.”.

Le contenu du match du SLUC  aura été, en effet,  consistant durant 40 minutes (mi temps  :  45-28 puis 72-54 à l’entame des 5 dernières minutes). Il y eut bien un petit rapproché  havrais vers la 26ème ( 51-41) mais ce fut tout.

Quelques facteurs sont faciles à  retenir. Les lorrains tenaient, avant tout, à effacer la claque  de samedi dernier. “Ils ont réagi en hommes  commenta le coach. Chacun a essayé  de faire briller son coéquipier. Il y avait la volonté et dans le globalité c’est bien”

SHEPHERD APPORTE !

Au delà du rendu collectif, l’autre motif de satisfaction  est la partie de Jevohn SHEPHERD (23 points , 20 d’évaluation ; voir notre photo). L’ex-Chalonnais a montré quelle pouvait être l’étendue de son registre. Il lui manque encore du rythme  et quelques sensations mais sa palette est riche : “Il a du potentiel , il a fait de bonnes passes, il a percuté, il peut aussi aider aux rebonds et il apportera un plus dans l’impact  de l’équipe face à l’adversaire. “  retenait Gregor Beugnot.

Si l’on ajoute  au tableau,  les points  du meneur-créateur Dewayne RUSSEL (15 points) et  ceux d ‘Ivan Aska (13 points), Narrace (5 points ; Lemar étant en tribunes)  chacun aura ainsi compris,  également, que  mardi soir la menace offensive des joueurs “US et Cotonou” du SLUC était aussi remontée  d’un .. niveau. Les fans ne s’en plaindront pas.

Prochain  match à l’extérieur : Poitiers le 20/1 puis Blois le 26/1

LE CLUB

 

 

Trois jours après s’être incliné contre la Chorale Roanne, le SLUC retrouve à Gentilly le STB Le Havre.

Le SLUC retrouve ce soir une vieille connaissance. De vieilles connaissances qui se sont souvent affrontées en Pro A ces dernières années. Longtemps, c’est bien Saint-Thomas qui a causé bien des soucis aux Couguars, notamment dans sa salle de Docks Océane.

Les Havrais sont redescendus sur terre en 2016, terminant la saison régulière à la place peu enviable de lanterne rouge. Un an plus tard, c’était au tour du SLUC de pointer à la 18e et dernière place.

Dans ce duel entre anciens pensionnaires de Pro A, pas le droit à l’erreur. Le SLUC misera sur tous ces joueurs, d’Enzo Goudou-Sinha à Gary Florimont.

Côté Havrais, attention à Omar Krayem à la mène, Rudy Jomby et Ron Lewis à l’extérieur, Valdelicio Joaquim ou Stacey Davis dans la raquette.

Le 27 décembre, pour le dernier match de l’année, les hommes de Jean-Manuel Sousa ont été tout prêt de réaliser l’exploit, qui plus est sur le parquet de Lille. Dans l’antre nordiste, si le STB a chuté 78 – 74, il menait encore d’un petit point à la fin du 3e quart temps (58 – 59). Les Havrais ont vraiment poussé les Lillois, dauphin d’Orléans, dans leur dernier retranchement, preuve que cette équipe du STB vaut bien mieux que son classement.

Pour demeurer dans le top 6, voire grignoter une ou deux places, la victoire ce soir est impérative pour les Couguars qui devront, n’en doutons pas, aller au charbon avec un nouveau venu dans les rangs nancéiens en la personne de Jevohn Shepherd !

Allez les gars !

Go SLUC

Le SLUC Nancy Basket s’est lourdement incliné sur son parquet devant la Chorale Roanne sur le score de : 47 à 71 !

L’année 2018 commence  difficilement pour les Couguars. Avec l’arrivée en début de semaine de l’ex-chalonnais  Jevohn Shepherd, le SLUC  nourrissait des ambitions. face au 2ème du championnat. Elles ont été douchées au cours d’une seconde mi temps ratée (18 à 41 pour les visiteurs).
Au coup d’envoi et avec t 3 entrainements collectifs,  le néo-nancéien, Jevohn Shepherd était  inscrit sur la feuille de match, en lieu et place de Brynton Lemar. William Narrace ( 2ème joueur Cotonou)  était égaiement aligné.

La première mi temps a, pourtant,  été correcte (29-30).  Offensivement, le meneur US Dewayne RUSSEL  portait son équipe Le tandem : Gary Florimont – Valentin Chery.apportait beaucoup d’intensité défensive.

C’est ensuite que les choses se gâtèrent progressivement. A la 30ème minute,  le SLUC accusa un retard de 8 points (42-50). Il inscrivit 5 petits points au cours d’un 4ème quart temps laborieux.
ROANNE DEROULE

Au contraire de Roanne, qui déroula  alors son basket.

En conférence de presse,  le coach Laurent Pluvy resta  mesuré. Il souligna  le bon match de son équipe. ” Nous avons une bonne balance  des points entre le secteur  intérieur et offensif. Nous avons retrouvé  de la fraicheur et de lucidité par rapport à la fin de l’année. 19 balles décisives et seulement  9 balles perdues , ces statistiques sont  en effet  satisfaisantes. ”

Le joueur français Cavallo,, a son tour interrogé, insista sur la notion de “partage ” mis en application  par toute l’équipe  visiteuse. Partage des efforts  en défense et partage  de la balle en attaque.. Il faudra compter  avec Roanne pour la lutte à l’accession en Pro A.

L’horizon du Sluc est plus immédiat et terre à terre. Jouer et gagner mardi  contre le Havre (20 Heures).

LE CLUB.

 

Statistiques de la rencontre : SLUC Nancy Basket / Chorale Roanne

 

C’était au milieu des années 2000. Le SLUC et la Chorale de Roanne faisaient alors feu de tout bois en Pro A. En 2007, les Couguars affrontaient les Roannais en finale du championnat de France. La cohorte des supporters rouges et blancs reprenait la direction de Paris-Bercy pour la 3e année consécutive. En 2005, Strasbourg avait eu raison du SLUC grâce, entre autres, aux frères Greer, à John McCord et à ce diable d’Afik Nissim. En 2006, c’est Le Mans qui s’envolait grâce aux coups de boutoir de l’ailier Kenny Gregory (25 pts) et au travail de sape d’Huseyin Besok dans la raquette (26 pts en 20 minutes).
En ce 2 juin 2007, le SLUC pouvait compter sur Cedrick Banks, Cyril Julian, Dan McClintock, Maxime Zianveni, Branko Milisavljevic ou Tariq Kirksay. Mais en face, la Chorale avait dans sa botte trois joueurs majeurs, trois Américains qui allaient sortir de leur boîte au bon moment. Le trio Harper – Spencer – Salyers pèsera au final 55 points. Nouveau revers des hommes de Jean-Luc Monschau décidément maudits dans l’antre du POPB (74 – 81).
En 2008, bis repetita. Le SLUC affronte de nouveau Roanne en finale du championnat de France. Mais cette fois-ci, les Couguars imposent leur loi (84 – 53), de Jeff Greer (29 pts à 6/10 à 3 pts) à Victor Samnick (16 pts, 10 rbds). En face, le “rescapé” Marc Salyers ne peut rien. Le trophée rejoint enfin la Lorraine.Le SLUC goûtera encore à l’ivresse du titre en 2011. De son côté, la Chorale accrochera à chaque fois les play-offs, naviguant entre la 3e et la 7e place. Jusqu’à cette terrible saison 2013-2014 où les hommes de Luka Pavicevic (qui a succédé à Jean-Denys Choulet en 2011) finiront 15e, à trois victoires du premier non relégable.
8e en 2015, 16en 2016, 15e l’an passé : le ré-apprentissage de la Pro B n’est pas facile. Mais Roanne est toujours capable de faire des bons coups comme en 2017 où la formation de la Loire décroche la LeadersCup.
Cette année, les hommes de Laurent Pluvy veulent finir le plus haut possible pour aller loin en play-offs.
Ils mettent en tout cas tous les ingrédients pour y parvenir et retrouver la Pro A.
La chorale cette saison est l’une des équipes les plus impressionnantes de Pro B.
Après un quasi sans-faute, Jason Williams & Co ont chuté fin décembre à Lille puis à domicile devant Saint-Chamond. Autant dire qu’enchaîner une 3défaite de rang ne fait pas partie du plan de route roannais. Grosse bataille en perspective samedi soir dans un Gentilly prompt à s’enflammer… comme au bon vieux temps !
Allez les gars !Go SLUC
Page 1 sur 16312345102030Dernière page »